snfolc

Vincent Peillon dans le texte - 23 mai 2013

23 mai 2013

vendredi 31 mai 2013

Décryptage de quelques passages de Peillon sur France Info au lendemain du rapport de la Cour des comptes à ré-écouter ici :

http://www.franceinfo.fr/video?id=x...

(c’est le SNFOLC qui a mis en italique et en gras certains passages)


"Ce qu’essaye de dire, la Cour des comptes, et qui n’est pas compris ce matin, parce qu’il y a des camps qui se reforment, c’est qu’il y a des questions qui sont quantitatives, les uns et les autres peuvent y penser : créations de postes, suppressions de postes. Mais l’essentiel, c’est le qualitatif. C’est ce que l’on fait des moyens. Alors c’est pour cela qu’il faut quand même que ce débat soit approfondi. Moi je me réjouis du rapport de la Cour des comptes, et je voudrais que ce pays parle sérieusement d’école. La Cour des comptes y contribue. Que dit la Cour des comptes ? Si nous mettons des moyens, il faut que ces moyens soient affectés de telle sorte qu’ils servent à la transformation du système, pour la réussite des élèves. Ils ont cent fois raison. On ne va pas arroser le désert !

Lorsque nous mettons 60 000 emplois, c’est pour quoi faire ? Car la Cour des comptes ne juge pas l’action que nous menons, son rapport s’est terminé en 2012. C’est d’abord pour former les professeurs. La Cour des comptes dit, et c’est l’évidence, l’essentiel c’est cette richesse humaine des professeurs. L’OCDE a organisé il y a un mois à Paris un colloque où ils disaient ce qui compte le plus pour la réussite des élèves c’est la formation de leurs professeurs. C’est précisément ce que nous faisons. (…)

Sur la redéfinition du statut d’enseignant :

Aucun gouvernement ne s’y est attaqué sauf moi, et c’est déjà fait pour les professeurs du primaire. C’est là que l’information devrait jouer son rôle. La Cour des comptes elle a écrit le rapport avant que nous le fassions. Mais nous avons déjà changé les obligations de service des professeurs du primaire à l’occasion de cette réforme des rythmes, en leur donnant justement davantage de temps et de liberté pour s’organiser en équipe pour suivre les élèves et faire quelque chose qu’il fallait faire dans ce pays, organiser la liaison entre le CM2 et la 6e, ça veut dire des professeurs de collège vont parler à des professeurs des écoles primaires pour suivre les enfants dans ce moment très important pour eux. Et donc nous avons dans une négociation saluée par tous les syndicats, mais comme cela marchait ce n’est pas relayé, déjà commencé à changer les obligations de service. J’avais annoncé que à l’automne nous allons mener, c’est l’acte 2 comme disent certains ce matin, une très grande discussion sur le métier d’enseignant, sur les évolutions de carrière.

Mais vous aurez déjà noté, je tiens à vous le dire, que - je vous disais tout à l’heure - nous allons former les enseignants, c’est une très grande réforme qui vient d’être mise en place. Former les enseignants, leur donner un an pour professionnaliser le métier, entrer progressivement dans le métier, et remettre l’année de stage. C’est bien cet investissement sur la qualité des professeurs que nous sommes en train de remettre en place. Les écoles supérieures du professorat et de l’éducation ouvriront à la rentrée."


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr