snfolc

V. Peillon ne connaît pas les fins de mois ? Pour FO : l’augmentation des salaires est une priorité, communiqué du SNFOLC du 18 février 2014

18 février 2014

dimanche 23 février 2014

Pour FO : l’augmentation
des salaires est une priorité.


En affirmant au lendemain de la dite réunion conclusive sur les « enseignants
du secondaire »
, le jeudi 13 lors d’une visite au collège Anselme-Mathieu
d’Avignon « ce que veulent les professeurs, ce n’est pas de l’argent, c’est du
temps ».

En ajoutant que les « enseignants de ZEP ne voulaient pas d’argent« , mais »du temps" pour se concerter », ignore-t-il que les enseignants comme tous
les fonctionnaires ont perdu 14 % de pouvoir d’achat du seul fait du blocage
de la valeur du point depuis 2000 ? Que les traitements sont gelés depuis 5
ans ? Ignore-t-il que les salaires nets ont encore baissé de 0,5 % en janvier
2014 ? Ignore-t-il qu’un enseignant débute avec un traitement de 13 % audessus
du SMIC ? Qu’il faut attendre 22 ans pour percevoir au 8ème échelon
un traitement net de plus de 2000 euros ?

Le pacte de responsabilité prévoit de plus l’exonération des cotisations
patronales sur la branche famille de la sécurité sociale (35 milliards), c’est
une partie de notre salaire différé qui serait amputé.

Quant au temps de travail, actuellement dans le cadre des décrets du 25 mai
1950, la seule activité disciplinaire qui définit nos obligations de service en
maxima hebdomadaires d’heures d’enseignement disciplinaire, selon les
statistiques officielles, dépasse 40 heures par semaine.

Or le projet de réécriture des missions qui conduirait à l’abrogation des
décrets de 50 loin de diminuer le temps et la charge de travail des
enseignants, ajoute des missions supplémentaires définies localement dans
le cadre d’un forfait défini par la réglementation générale de la fonction
publique (1607 heures).

Le ministre parle d’un accord historique sur la redéfinition des statuts des
enseignants. Il n’offre en réalité aucune amélioration des conditions de
travail ni des rémunérations. Il s’agit d’un recul pour tous.
Le SNFOLC appuie les demandes de moyens supplémentaires pour éviter une
nouvelle dégradation à la rentrée 2014.

FO appelle à la grève interprofessionnelle le 18 mars ; CGT, FSU et SUD s’y
associent.

Le SNFOLC propose aux enseignants de se réunir dans les collèges et les
lycées pour réaffirmer leurs revendications et décider la grève le 18 mars :
retrait du projet Peillon sur les statuts ; les heures et les postes doivent être
attribués, les salaires augmenter, la sécurité sociale maintenue.

Montreuil, le 18 février 2014.

PDF - 180.2 ko
Communique_SNFOLC 18 fevrier_2014

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr