Compte rendu SNFOLC

La délégation FO reçue à la DGRH. Une seule solution : Abandon pur et simple de l’application de la réforme des baccalauréats technologiques pour la rentrée 2011, remise à plat de l’ensemble du dossier !

11 mars 2011

vendredi 11 mars 2011


Une délégation du SNFOLC a été reçue le 10 mars à la DGRH sur la question de la réforme des STI-STL qui doit se mettre en place à la rentrée 2011.

La délégation a rappelé la position de FO, pour l’abandon de la réforme. Cette demande s’est exprimée dans toute la France par la mobilisation des personnels avec les syndicats (pétitions, rassemblements, délégation à Dijon, Rennes, Poitiers, Strasbourg, Nice, Lyon, Besançon, Rouen, Caen, Nantes, Bordeaux, Aix, Montpellier …). A ce jour, les conditions de la mise en place de la réforme pour la rentrée, loin de rassurer, pose raisonnablement l’exigence de ne pas appliquer à la réforme en septembre 2011.

DGRH : la décision de la non application de la réforme à la rentrée n’est pas de la compétence de la DGRH mais du cabinet du ministre et de la DGESCO. Nous ferons remonter votre demande de report à la DGRH.

FO enregistre cette réponse nouvelle qui correspond à ce qu’exprime la mobilisation des collègues, par ailleurs, une délégation FO est reçue le 22 mars par la DGESCO.

FO a demandé à la DGRH que des réponses sortent apportées aux personnels sur 2 points : la formation et les postes- l’avenir professionnel.

Formation :

FO : Le choix des personnels qui partent en formation, les conditions de la formation varient selon les académies : convocation la veille dans une académie, pas de garantie de remboursement des frais, formation en plus du temps de travail, en juin et en août… : « Vous devez assumer le fardeau » « il faut savoir s’adapter », « vous devez 1607 heures de travail » …se sont vu répondre les délégations auprès des recteurs et IA.

DGRH : Un courrier de cadrage a été transmis aux académies. Les modalités d’application sont laissées à l’initiative de chaque académie. « Cela dit, nous rappelons le principe : la formation, c’est pour tous, sauf s’il y a refus. Ce n’est pas aux recteurs de décider qui va ou ne va pas en formation. ». La GDRH doute qu’une formation en juin ou sur les vacances d’été soit très efficace. Nous faisons remonter votre demande de remboursement des frais et de décharge de service pour le suivi de la formation.

FO : Prévue en octobre, seule la formation relative aux enseignements transversaux vient de commencer. Il n’existe aucune documentation. Aucune séquence pédagogique n’est prête pour septembre 2011, le gros de la formation se fait par téléchargement de « modules ». Ce sont les équipes d’enseignants en formation qui doivent préparer les enseignements, sans aucune garantie sur les salles, les matériels (ordinateurs, logiciel…), les dédoublements. Sur les équipements, les personnels n’ont pas ou peu de réponse. Dans plusieurs régions, les CIO (centre d’information et d’orientation) ferment faute de financement. Que va-t-il se passer pour les STI2D ?

DGRH : La DGESCO a travaillé avec l’ARF (association des régions de France) sur la mise en place de la réforme. Les rectorats se concertent avec les régions pour les matériels.

FO : Les enseignants de STI 2D doivent assurer un enseignement en LV1 sur la base d’une certification. A ce jour, pas de certification, aucune formation n’est prévue dans les académies pour la rentrée !

DGRH : Il faut vous rapprocher de l’inspection générale STI qui est à l’initiative du contenu des programmes.
FO demande audience à l’IG.

Les postes :
La « valorisation de la filière » se traduit dans de nombreuses académies par des suppressions de postes massives. A Strasbourg, il est prévu la suppression de 10 sections de STI avec les postes en correspondance. A Besançon, Amiens les affections sont faites « dans l’intérêt du service » ». Les enseignants de STI iront donc enseigner la technologie puisqu’il n’y a personne en technologie (déficit de plus de 700 postes nationalement).

A Nantes, les personnels sont invités à partir vers une autre discipline, une autre fonction publique, ne resteront que les « motivés » !
Les zones de remplacement ont été élargies à toute l’académie, par exemple à Orléans Tours avec 6 départements : les collègues craquent.

FO : Il y a des incertitudes sur le mouvement intra académique qui va bientôt s’ouvrir. Dans plusieurs académies, il est question d’une seule discipline STI2D-technologie alors que les personnels ont passé des concours avec des spécialités.

DGRH : Le mouvement intra–académique (affectation sur poste définitif) n’est ouvert en technologie que pour les volontaires. « On ne peut affecter à titre définitif un collègue en technologie sauf s’il demande à participer à ce mouvement. » La DGRH trouve abusif un passage fictif en ZR suite aux mesures de carte pour obliger les personnels à aller en technologie.
Le nouveau CAPET comprendra 4 options en plus de la technologie. Pour cette année, les disciplines actuelles restent. Il n’y aura pas de mouvement indifférencié en STI/STL. Les titulaires du nouveau Capet STI-technologie pourront être affectés en collège pour la technologie ou en STI2D. Cela s’appliquera pour tous les personnels en 2012, avec modulation possible pour les anciens, ce n’est pas tranché.

FO : Le problème est également posé pour la physique appliquée qui est fusionnée dès cette année avec la physique au mouvement intra avec quelques heures de formation en chimie pour les enseignants de physique appliquée . Dans l’académie de Poitiers comme il y a trop de professeur de physique, les professeurs de Physique et Physique appliquées sont invités à se reconvertir en mathématique, en technologie, en lycée professionnel.

DGRH : la reconversion a été abordée avec l’inspection générale. La situation est différente selon les académies, une reconversion de la physique appliquée vers les STI2D est liée au cursus initial et devra prendre en compte une formation lourde.

FO : Les décisions de carte scolaire sont variables selon les académies tant sur le nombre que sur les critères de choix : les plus jeunes, les moins motivés, les formés ou non…FO demande que le ministère intervienne auprès des rectorats pour le respect du statut et des droits des personnels.

DGRH : La situation n’est pas la même selon les académies. Dans certaines, suite aux préconisations de la DGRH, (courrier au recteur), les collègues plus anciens ont été maintenus en surnombre sur poste avec un service prévu en activité de soutien, remplacement court. Nous transmettons votre demande. En physique appliquée et physique-chimie, il y a des excédents, nous ne sommes pas contre maintenir les personnels sur leur poste pendant un an pour qu’ils puissent se former.

Pour FO, la mise en place de la réforme qui devait « valorisé » les séries, se traduit sur le terrain par une situation insupportable, hors statut sur la formation, les affectations, les matériels.


Le 9 mars 2011, le SNFOLC et le SNETAA-FO se sont adressés aux secrétaires généraux du SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, CGT Educ’action, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN et SUD Education
« Les développements de la situation confirment la totale actualité des revendications de cette plate-forme commune qui demande : -que le ministre renonce à toutes les suppressions de postes -qu’il abandonne la réforme du lycée et des STI-STL et accepte une remise à plat de l’ensemble du dossier, (…) Il y a bien urgence. Nous vous proposons d’appeler ensemble les personnels de tous établissements secondaires à faire de notre plate-forme nationale commune, la plate-forme sur laquelle nous les appelons à se rassembler, dans les assemblées générales avec nos syndicats en leur proposant de l’adopter ou de la signer. Cela va de pair avec un appui total aux initiatives prises dans les établissements pour sauver chaque poste, chaque section, chaque classe.
Dans l’enseignement secondaire nous sommes prêts à discuter sans délai des modalités d’action nationale sur notre plate forme commune.

S’il faut la grève, s’il faut la montée nationale au ministère alors discutons-en, préparons la, décidons-la ! Nous vous proposons donc une rencontre d’urgence, qui pourrait se tenir le 16 mars (…) ».


Documents joints


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr