Communiqué FNEC-FP-FO

Un millier d’enseignants, parents et élus du Val de Marne rassemblés le 4 mai devant le Ministère de l’Education nationale

6 mai 2011

samedi 7 mai 2011


Le 4 mai à l’appel du SNUDI FO, SNUipp, SE-UNSA,
un mois après le rassemblement du 1er avril, un
millier d’enseignants accompagnés de parents et
d‘élus du Val de Marne se sont présenté à nouveau
devant le ministère pour exiger « l’annulation des 71
fermetures de classes (…) l’annulation de la
suppression des 13 moyens supplémentaires
ZEP(…), des 6 postes surnuméraires, options E et G,
des deux postes de rééducateurs du RASED, de la
fermeture d’une CLAD… »

Les sections SNUDI FO, SNUipp et SE-UNSA ont
adopté, à l’issue du rassemblement, une déclaration
dont nous communiquons des extraits :
« Depuis des semaines nous avons constitué un
front commun des organisations syndicales
siégeant au CTPD contre la saignée que le
Ministre tente d’imposer aux écoles du Val de
Marne.(…)

Lors des deux groupes de travail du CTP, nous
avons dit ensemble « non aux fermetures de
classes, non aux fermetures de postes
surnuméraires, non aux fermetures de moyen
ZEP, non aux fermetures de postes RASED, non
aux fermetures de CLAD, non aux fusions
d’écoles, non aux refus d’ouvrir des classes. »(…)

Aujourd’hui 4 mai, le ministre refuse à nouveau
de nous recevoir malgré les 1000 enseignants,
parents et élus qui sont rassemblés sous ses
fenêtres. Il cherche ainsi à disloquer l’unité de
nos organisations pour disloquer le mouvement
profond et l’acharnement des enseignants, des
parents, et des élus du département à obtenir
satisfaction sur leurs revendications
légitimes.(…)

Nous le disons ensemble : « il se trompe, il n’y
arrivera pas. Nous l’avons écrit à plusieurs
reprises et nous l’affirmons à nouveau : nous ne
lâcherons pas ! »(…)

Nous ne lâcherons pas car l’unité de nos
organisations qui s’est constituée et réalisée sur
des revendications précises, a montré que l’on
peut faire reculer. Cette unité sur des
revendications précises est indispensable à tous
les niveaux, départementale et nationale.(…) ».

La détermination des personnels est intacte

Dans tous les départements, les enseignants, avec
leurs sections syndicales, accompagnés des parents,
des élus multiplient délégations, rassemblements et
grève le jour des CDEN et des CTPD pour exiger
l’annulation des suppressions de chaque poste et de
tous les postes.

Le ministre refuse de recevoir les délégations et d’entendre les revendications

Tous les Inspecteurs d’Académie confirment que les
dotations du ministre ne permettent pas de faire face
aux revendications. La responsabilité du ministre est
engagée, il doit renoncer aux 16000 suppressions de
postes qu’il prévoit pour la rentrée 2011.

La FNEC partage les termes de la déclaration des
sections SNUDI-FO, SNUipp et SE-UNSA du 94 :

« Cette unité sur des revendications précises est
indispensable à tous les niveaux, départemental
et national ».

Comment comprendre que depuis des mois les
nombreuses propositions de la FNEC FP-FO
adressées à toutes les fédérations de l’Education
nationale de centraliser en direction du ministre
l’exigence de l’annulation des 16 000 suppressions
des postes soient restées sans réponse ?

Comment comprendre le refus systématique de ces
fédérations syndicales de répondre à cette
proposition et que lui soient opposées des actions
aussi symboliques qu’inutiles : pique nique convivial,
sit-in, nuit des écoles… ? Tout le monde le sait, ce
n’est pas le folklore d’actions symboliques, ni un
calendrier d’actions s’étalant jusqu’à fin juin qui
contraindra le ministre à entendre les revendications
et à y répondre positivement.

Seule la grève nationale sur la revendication
d’annulation des 16000 suppressions de postes peut
permettre de faire reculer le ministre.

La FNEC FP FO soutient toutes les initiatives en
cours, qui rencontrent le plus souvent le soutien actif
des parents, pour défendre chaque poste et tous les
postes.

postes communiqué 6 mai 2011

P.-S.

Titulaires : le statut de fonctionnaire d’Etat à défendre
Non titulaires : le statut de fonctionnaire d’Etat à gagner

Force Ouvrière l’indépendance pour défendre les revendications


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr