Un conseil de prud’hommes requalifie 3 contrats aidés en CDI
Aucun CAv et CAE au chômage !

jeudi 29 avril 2010, par Claude Singer


Le 7 avril 2010, le Conseil de prud’hommes de Libourne a condamné l’Education nationale à verser à trois salariés en contrat aidé, dit « contrat d’avenir », défendus par notre organisation syndicale, plus de 10 000 € chacun.

Le jugement de Libourne est très clair, et très sévère envers l’Education nationale.

On peut y lire :
- « L’employeur n’a pas rempli l’obligation que lui impose le Code du Travail… »
- « Le contrat doit être requalifié en Contrat à durée indéterminé à temps partiel… »
- « Attendu que les contrats ont été rompus sans préavis, l’employeur doit verser une indemnité compensatrice de préavis… »
- « L’employeur a en réalité procédé à un licenciement sans cause réelle et sérieuse de salariés qui sont toujours sans emploi, le fait qu’elles n’ont bénéficié d’aucune formation ayant sans aucun doute contribué à cette situation, les requérantes sont donc fondées à percevoir des dommages et intérêts… ».

Un autre collègue CAv a également gagné un recours similaire, le 11 mars 2010 dernier, devant la Cour d’appel d’Orléans.

Au vu des manquements pointés du doigt par ces deux conseils, le ministère de l’Education nationale doit trouver une solution pour que toutes les personnes en contrat aidé, CAv ou CAE, soient réemployées à l’issue de leur contrat.

Pour Force Ouvrière, ces personnels doivent être intégrés dans la Fonction publique. Nous demandons au ministre Chatel que des négociations s’ouvrent sur le sujet.

Mais en attendant, dans l’urgence, tous les contrats aidés doivent être requalifiés en CDI.

Montreuil, le 16 avril 2010


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr