FNEC-FP-FO

Stagiaires / CLES : La FNEC-FP-FO s’adresse au ministère le 8 janvier 2013

8 janvier 2013

vendredi 11 janvier 2013, par Corinne Masino


Monsieur le Directeur,

Nous avons saisi à plusieurs reprises la DGRH, les 25 octobre et 5 décembre 2012, ainsi que lors des
CTM, notamment celui du 23 octobre, sur la question du CLES.

A ce jour nous n’avons pas obtenu une réponse qui puisse répondre aux difficultés des stagiaires.

En effet, si le courrier de Madame la directrice de la DGRH du 27 novembre donnait consignes aux
recteurs d’organiser une formation CLES, et si en réponse aux questions orales, il était indiqué que la
DGRH procédait à un état des lieux au 1er janvier 2013, le problème n’est en aucun cas résolu pour
les stagiaires en attente d’une réponse claire de votre part.

Les problèmes sont plus importants que l’an dernier. En effet, en rendant obligatoire la détention du
CLES à la date de titularisation, vous avez durci les conditions d’obtention du CLES avec le décret du
27 août 2012.
Les modalités transitoires donnaient de la souplesse pour les stagiaires comme pour les services.

Ainsi, alors que les futurs lauréats des concours 2012, en M2, que les futurs lauréats des concours
internes, consultaient le site de l’Education nationale en 2012, ils lisaient que le CLES n’était pas
obligatoire formellement, que la validation d’UE en L1, L2 ou L3 était suffisante.

Vous précisiez ainsi pour les candidats 2011/2012 que les titulaires d’un master qui présentent un
relevé de notes qui atteste de la validation de crédits dans une langue vivante étrangère n’avaient
pas à justifier du CLES ; que le « candidat dont le parcours fait apparaître l’obtention de crédits
ECTS » dans son cursus « validés par un établissement supérieur peut être considéré comme
justifiant de la certification en langue », de la même façon, les candidats, ex-élèves de CPGE
pouvaient être dispensés de la certification.

Fin août 2012, les lauréats ont découvert, alors que certains d’entre eux ont même abandonné la
formation CLES en M2 -qui ne paraissait plus obligatoire-, que les règles ont changé !

Les contractuels qui ont réussi les concours internes sont particulièrement impactés : de nombreux
collègues qui ont passé les concours internes n’ont pu suivre une formation en langue qui n’était pas
dans les licences délivrées.

Le niveau CLES demandé est impossible à rattraper en un an. Certains n’ont pas suivi de cursus de
langue vivante depuis le lycée !

Dans certaines académies, les conventions passées entre le rectorat et l’université ont été dénoncées
fin novembre ; début décembre, il n’y avait toujours pas de solution.

Certains stagiaires en arts plastiques, qui ont fait les Beaux Arts ont eu cette année le CAPES
externe, ils n’ont pas non plus de CLES.

De la même façon, des étudiants ayant récemment terminé leurs études n’ont pas eu la possibilité
durant leur master de passer le CLES, certaines disciplines universitaires ne comportant pas de
modules en langue.

Nous pouvons multiplier les cas à l’infini. Il y a presque autant de situations que de stagiaires.

En ce début janvier 2013, nous vous demandons de donner le signe que les stagiaires attendent de
façon urgente. Sans dispositions de votre part, leur titularisation pourrait être compromise.

Il est indispensable de lever l’obstacle du CLES tout de suite.

Tous les stagiaires doivent pouvoir être titularisés ; personne ne comprendrait que des centaines de
stagiaires perdent le bénéfice du concours parce que les dispositions n’auraient pas été prises.

Pour rappel, pour 4847 postes offerts aux CAPES, il y avait 10 000 candidats de moins en 2012. Le
découragement s’est emparé des futurs candidats.

Multiplier les obstacles, ce n’est pas faciliter l’accès à l’inscription aux concours. A l’inverse prendre
les dispositions levant ces obstacles serait un signe que l’Education nationale s’engage aux côtés de
ses enseignants stagiaires.

Notre fédération souhaite être reçue très rapidement sur ce dossier.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Directeur, l’expression de ma parfaite considération.

Hubert Raguin,

PDF - 104.4 ko
HR-dircab-cles 8_janvier_2013

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr