STI

Le SNFOLC s’adresse aux organisations syndicales nationales du second degré

samedi 21 juin 2014

Ensemble exigeons du ministre qu’il prenne les dispositions pour que les droits, les conditions de travail et de formation des professeurs de STI soient rétablis.


PDF - 62.2 ko
STI_communique_national_juin_2014

Montreuil, le 11 juin 2014

STI Le SNFOLC s’adresse aux organisations syndicales nationales du second degré

Ensemble exigeons du ministre qu’il prenne les dispositions pour que les droits, les conditions de travail et de formation des professeurs de STI soient rétablis.

Après l’avis favorable de la commission de réforme de l’académie d’Aix-Marseille reconnaissant au suicide de Pierre Jacque, enseignant de STI à Marseille, le caractère d’un accident de service, le Recteur a officiellement indiqué lors du CTA du 6 juin, et conformément à son engagement, qu’il suivrait ses conclusions.

Cette décision est conforme à la demande de FO à tous les niveaux que ce soit dans le comité technique académique, dans le Comité d’hygiène académique, dans le Comité d’hygiène et de sécurité ministériel.

La section FNEC FP-FO d’Aix-Marseille s’est exprimé en ces termes : « Depuis le décès de notre collègue en septembre dernier, FO a œuvré afin que pour sa femme, son entourage, ses collègues, la profession tout entière, ce geste soit reconnu pour ce qu’il est : la conséquence de la violence d’une contre-réforme qui a dévitalisé toute une filière. (...) La réforme que Pierre Jacque dénonçait et qui l’a poussé à ce geste fatal, est désormais pleinement désavouée. Cette décision conclut à son échec ! Parce que les enseignants de STI ont été traités avec une immense brutalité, que nombre d’entre eux aujourd’hui souffrent profondément et que la filière est dans une impasse, le ministre Hamon serait avisé d’entendre enfin cette revendication martelée par Force Ouvrière, de remise en à plat des textes de la « réforme STI2D ». Notre organisation va d’ailleurs s’adresser en ce sens à l’ensemble des syndicats. En ouvrant des négociations, le ministre rendrait justice à Pierre Jacque. Il est urgent enfin, dans l’immédiat, de garantir une véritable protection à tous les collègues qui souffrent dans l’exercice de leur métier : un tel évènement ne doit jamais se reproduire. »

Lors du CHSCT Ministériel, la FNEC FP FO déclarait : « La FNEC FP FO considère que les mesures annoncées et suggérées dans cette note (la note de la DGRH à l’intention des Recteurs) ne correspondent pas à la situation subie par les personnels et dont le CHSCT M s’est largement fait l’écho. De ce point de vue, on ne peut se féliciter et réaffirmer les bienfaits supposés de cette réforme comme c’est le cas dans cette note.

Le bilan de rentrée 2013 confirme que l’attractivité de la nouvelle filière reste à démontrer, la progression du nombre d’élèves n’étant pas significative. La FNEC FP FO rappelle que le Ministère reconnaît que 10% des personnels soit 1400 personnes sont en souffrance au travail ce qui dément que le traitement des dossiers individuels soit satisfaisant.

Les orientations de personnels vers les LP et la techno de collège sont confirmées. Pour la FNEC FP FO, il ne saurait être question de reporter sur les recteurs la responsabilité d’une situation qui incombe exclusivement au Ministre. La FNEC FP FO rappelle que le CHSCT M du 14 octobre a saisi le CTM, a demandé l’ouverture d’une négociation afin de remettre la réforme à plat. »

Oui, pour le SNFOLC un tel évènement ne doit jamais se reproduire. C’est pourquoi FO propose aux personnels de réaffirmer leurs revendications.

Depuis le début de cette contre-réforme, FO n’a eu de cesse d’alerter les ministres successifs, les services, l’inspection, la DGRH.

Le ministère reconnaît que 10% des professeurs de STI, de physique appliquée sont dans le désarroi. Les ministres ont confisqué ce qui faisait la fierté des professeurs : leur enseignement de spécialité, le geste professionnel, l’approche individuelle de l’enseignement dans des groupes réduits.

La circulaire de la DRGH n’a pas répondu à cette demande. Les professeurs sont laissés seuls.

C’est pourquoi FO s’adresse à l’ensemble des organisations syndicales du second degré pour leur proposer de se rencontrer pour s’adresser une nouvelle fois au ministre.

.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr