SNFOLC

SNFOLC : réforme des RYTHMES SCOLAIRES, aussi en collèges et lycée. Communiqué du 7 février.

7 février 2013

vendredi 8 février 2013

RYTHMES SCOLAIRES :
TOUS CONCERNES.


Montreuil, le 7 février 2013

En annonçant lundi soir - 4 février - qu’il allait procéder à une évolution du collège unique et lancer, lors du second semestre, une concertation sur le lycée et le métier d’enseignant, Vincent PEILLON a démontré qu’il entendait poursuivre et approfondir les principes énoncés par la loi de refondation de l’Ecole.

Rappelons que ces déclarations font suite au vote négatif relatif au décret sur les rythmes scolaires et à l’examen lors du CSE du 7 février, d’un « référentiel de compétences des enseignants » qui entrainera un bouleversement complet de la profession, une dégradation inouïe des conditions de travail et une remise en cause des statuts de 1950.

Concernant le collège, il est clair que la volonté de mettre en place des travaux et des services « inter-degrés », l’organisation des Projets Educatifs Territoriaux et l’implication grandissante des autorités locales, prévues par l’acte III de la décentralisation, se traduiront par l’application, à l’enseignement secondaire, du décret sur les rythmes scolaires.

La volonté, affirmée par le ministre, d’accroître la « pause méridienne » impliquera une augmentation du temps de présence des personnels au sein des établissements ainsi qu’une réduction programmée des congés d’été.
Au lycée, le projet de « continuum bac- 3/bac+ 3 », qui vise essentiellement à remettre en cause le baccalauréat comme examen terminal et à envoyer les professeurs agrégés à l’université, où le service est annualisé, conduira à des bouleversements similaires.

Tous les niveaux de l’enseignement public sont donc concernés par un projet de pseudo -refondation qui n’a d’autre finalité que de dégrader massivement les conditions de travail des personnels de l’éducation, d’augmenter leur temps de travail, en un cadre où la politique d’austérité se traduira par une nouvelle dégradation du pouvoir d’achat.

La preuve est donc faite que les projets du ministre Peillon poursuivent et aggravent ceux de M. Chatel. On ne peut défendre l’école publique, l’enseignement secondaire, le statut des professeurs qu’en s’opposant à ces projets. En conséquence, le projet de loi Peillon doit être abandonné.

Les fédérations FERC CGT, FNECFP FO, SUD ÉDUCATION, CNT, FAEN, réunies le lundi 28 janvier 2013, soutiennent les initiatives qui ont déjà été prises et qui seront prises par les personnels et leurs organisations syndicales.

Elles appellent les personnels à se réunir et à construire la mobilisation par la grève le 12 février 2013

  • Pour une amélioration des conditions de travail et de rémunération,
  • Pour l’abandon du projet de loi d’orientation sur l’école,
  • Pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires.

Les fédérations syndicales de l’éducation se retrouveront rapidement après le 12 février pour envisager les suites à donner à cette action.

PDF - 123.3 ko
SNFOLC rythmes scolaires 07-02-13

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr