SNFOLC : courrier aux secrétaires généraux du SNES, SNEP, SNCL, SNALC, CGT éduc’action, SUD. 11 décembre 2013

jeudi 12 décembre 2013


Montreuil le 11 décembre 2013

Aux secrétaires généraux du SNES, SNEP, SNCL, SNALC,
CGT éduc’action, SUD

Chers camarades,

Je m’adresse à nouveau à vous pour vous proposer une rencontre intersyndicale.

Il me semble en effet que l’évolution de la situation la rend vraiment nécessaire et urgente.

Les professeurs de classes préparatoires en faisant grève massivement le 9 décembre, en la reconduisant dans de nombreux
établissements demandent le retrait du projet du ministre. Le soutien à leurs revendications et à leur grève est de la responsabilité
des organisations syndicales.

Demain 12 décembre, le ministre va rendre publiques ses décisions sur le métier et le statut des enseignants, qu’ils soient certifiés,
PEPS, agrégés, professeurs de chaires supérieures comme PLP.
S’il maintient les orientations qui sont retenues cela risque d’amplifier l’exaspération des collègues.

Il nous semble que nous pourrions nous retrouver sur un certain nombre de constats et exigences, notamment :

  • - la suppression des décharges de service définies nationalement pour les remplacer par des indemnités, ajoutée à la
    suppression de la première chaire, remplacée par une pondération, se traduiraient par une perte de droits et de revenus
    pour de nombreux collègues. Cela ne manquerait pas d’engendrer des tensions majeures dans les établissements. Le risque
    de remise en cause de notre liberté pédagogique par des pressions locales est également grand.
  • - Le changement de nature de nos obligations de service liées à la réécriture des décrets du 25 mai 1950 et l’accumulation
    de missions obligatoires se traduirait par un allongement du temps de présence, des pressions des CA, le tout conduisant à
    un exercice de notre mission d’enseignement sous tension.
    Ces mesures sont, nous semble-t-il inacceptables et doivent être abandonnées.

D’ores et déjà un nombre significatif de réunions et assemblées générales se tiennent dans les établissements, où les personnels
adoptent avec leurs syndicats leurs revendications, notamment en matière salariale, s’opposent à toute régression et souvent
demandent l’abandon du projet du ministre.

A Créteil et à Lyon des plates-formes intersyndicales communes ont été adoptées.

Si le ministre persiste, comme c’est probable, il portera la responsabilité de l’élargissement de la situation de conflit déjà ancrée
dans le premier degré sur les rythmes scolaires.

Nous sommes donc à votre disposition pour une rencontre intersyndicale nationale dans le but d’exprimer en commun les
revendications que la situation impose et de prendre les initiatives nécessaires.

Nous pensons que nos collègues attendent cela de leurs organisations syndicales.

Veuillez, chers camarades, recevoir mes salutations syndicales les meilleures.

Jacques Paris -
Secrétaire Général du SNFOLC


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr