Réforme du collège : malgré les pressions de toutes sortes, c’est le refus qui l’emporte

samedi 30 avril 2016


Loi El Khomri, réforme du collège : retrait ! 28 avril : grève et manifestations interprofessionnelles

Réforme du collège : malgré les pressions de toutes sortes, c’est le refus qui l’emporte

Interrogée à l’Assemblée nationale lors des questions diverses, la ministre répond « les choses se passent bien » « les équipes pédagogiques, sereinement, travaillent sur la préparation de la rentrée prochaine ».
Dans les établissements et les réunions de formation-formatage les inspecteurs et les formateurs hésitent entre « vous le faites déjà, la réforme ne change rien. » et « vous êtes fonctionnaires, vous devez appliquer la réforme ». Tout est bon pour tenter de faire céder les collègues et les démoraliser.
Dans certains collèges, les principaux invoquent l’argument de la conscience professionnelle : « il faut être prêts pour la rentrée, proposez des EPI et organisez l’AP, sinon que penseront les parents ? ».

La ministre pratique l’inversion de la hiérarchie des normes.

Comme si la catastrophe consistait à ne pas mettre en œuvre la réforme. Comme si ce que redoutent les enseignants c’est d’enseigner leur discipline. Comme si ce que veulent les parents et les élèves c’est moins d’instruction, moins de cours de langues, pas de latin… Comme s’ils réclamaient la continuation au collège de la réforme des rythmes scolaires, du projet éducatif territorial massivement rejeté.
Comme si les collègues n’avaient pas compris que la catastrophe c’est la réforme du collège qui ampute leurs disciplines par l’interdisciplinarité et les réduit aux minima du socle commun. Comme si les collègues avaient changé d’avis après les formations qui se surpassent par leur absence de contenu.

La ministre ne peut faire passer sa réforme sur la base d’un déni de réalité et contre les personnels.

Malgré toutes les opérations de division, la détermination des collègues reste entière. Les enseignants ne veulent pas plus maintenant de cette réforme qu’il y a un an. Ils l’ont montré par leur mobilisation croissante, par la grève, les manifestations, la contestation des réunions de formation, des réunions internes.

La résistance est toujours là. La mobilisation ne diminue pas.

D’après le calendrier ministériel de la réforme, l’organisation pédagogique, les EPI, l’AP, les DHG, tout devait être prêt en février.
Or le rapport confidentiel de l’Inspection générale remis à la ministre le confirme : à moins de 6 mois de la rentrée, officiellement l’application de la réforme des collèges est fortement compromise dans un quart des établissements. Selon les termes mesurés des IG, les dispositifs liés à l’accompagnement personnalisé et aux EPI « ne sont pas vraiment assimilés »… Seules les formations disciplinaires reçoivent l’écoute des personnels. L’Inspection générale confirme « l’inquiétude » sur le nombre des services partagés. Inquiétude qui gagne les lycées dont les moyens sont « ajustés » en raison de la réforme du collège.

Loi El Khomri , réforme du collège : retrait !

Il est clair que gagner sur le retrait du projet de loi Travail compromet aussitôt la réforme du collège. Réforme du collège, loi El Khomri procèdent de cette même logique qui remet en cause les diplômes, les connaissances disciplinaires et renvoient au niveau de l’établissement le montant du salaire, le temps de travail, etc.
Loi El Khomri, réforme du collège, le gouvernement reste sourd au rejet massif exprimé par des millions de salariés du public et du privé et des jeunes.

Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) réunies le 14 avril appellent à organiser des AG pour assurer le succès de la grève du 28 avril et décider de la poursuite de l’action.

Le SNFOLC avec sa fédération, la FNEC FP‐FO, appelle à la convocation d’assemblées générales pour décider de la grève le 28 avril et de participer aux manifestations et poser la question, si le gouvernement ne cède pas, de la poursuite de la grève.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr