SNFOLC

Réforme STI : Communiqué SNFOLC du 9 janvier 2014

9 janvier 2014

vendredi 10 janvier 2014

Réforme STI :
Suite aux
CHSCTMEN et
groupes de
travail de
décembre 2013…
Pour le SN FO LC,
rien n’est réglé !


Suite au suicide de notre collègue Pierre JACQUE, suite aux voeux exprimés au CHSCTMEN du mois d’octobre, le
ministère a convoqué de multiples réunions et groupes de travail.

Le SN FO LC a participé à ces réunions sur la base des revendications défendues depuis la mise en place de cette
réforme et du voeu commun FO – FSU exprimé au CHSCT demandant la remise à plat de la réforme et l’ouverture
de véritables négociations.

Pour le SN FO LC, la multiplication des réunions provoquées par le ministère, les mesures annoncées (*), ne
répondent pas aux attentes immédiates des collègues :

  • - Mise en place d’une enquête en direction des personnels STI afin de mieux évaluer la perception de la
    réforme par les agents concernés
  • - Prévisions de marge horaire à attribuer aux établissements pour « aider » les enseignants (annoncé au
    GT du 14 novembre)
  • - Accompagner les personnels concernés dans les mutations de leurs métiers
  • - Aménagement d’horaire en fonction des possibilités de l’académie
  • - Formation spécifique, dans la mesure du possible, sur le temps de service
  • - Faciliter les conditions d’un co-enseignement pour les enseignements technologiques transversaux
  • - …
  • (*) : Annonces présentées lors des réunions et GT ministériels, notamment celui du 21 novembre 2013 à la
    DGESCO et note envoyée aux Recteurs dans le cadre de la mise en place d’un plan académique STI

Les nombreux témoignages de collègues collectés par le SN FO LC et présentés au CHSCT d’octobre 2013
suffisent à eux-mêmes pour le Ministre décide de remettre à plat la réforme. Il n’y a pas besoin de mettre en place
une enquête individuelle dont le seul rôle est de refuser de répondre aux revendications des personnels.

Obtenir la remise à plat la réforme, c’est obtenir l’ouverture de négociations permettant le retour aux
enseignements spécifiques conformes :

  • - « aux goûts et compétences » des enseignants, intégrant la discipline « physique appliquée » totalement oubliée dans le bilan et la discussion mise en place par le ministère
  • - aux besoins des élèves (formations spécifiques post Bac (BTS, DUT, CPGE…) permettant d’obtenir la
    qualification nécessaire aux emplois industriels du pays

Obtenir la remise à plat la réforme, c’est permettre le retour de l’évaluation des élèves au baccalauréat sur la base
de l’examen ponctuel anonyme contre l’aggravation du contrôle continu et la mise en place d’items de compétences
différents d’une académie à l’autre, d’un établissement à l’autre d’une même académie.

Obtenir la remise à plat la réforme, c’est permettre aux enseignants de ne pas accepter la mobilité forcée (d’une
discipline à l’autre), l’auto-formation en dehors du temps de travail, des co-enseignements remettant en cause la
liberté pédagogique.

Obtenir la remise à plat de la réforme, c’est s’inscrire dans l’exigence de retrait définitif du projet Peillon,
projet de remise en cause totale des décrets de 1950.

Suite à la grève massive des collègues CPGE en décembre dernier, aux nombreuses prises de positions adoptées
dans les centaines d’établissement, le Ministre a été contraint de reculer sur ce projet.

Le ministre doit répondre. Il doit abandonner son projet de remise en cause des garanties statutaires, il doit remettre
à plat les « réformes » de son prédécesseur, notamment celle de la voie technologique, il doit répondre aux
revendications des personnels.

Le prochain Groupe de travail STI- DGESCO aura lieu le 14 janvier 2014
A la demande FO d’exigence de remise à plat immédiate de la réforme, d’ouverture de
négociations, conformément au voeu commun FO – FSU adopté au CHSCTM, la DGESCO
répond :

  • · Concertation - bilan de la réforme débouchant sur la recherche d’un diagnostic partagé
    et questionnaire – enquête auprès des collègues STI en difficulté
  • · reconnaitre les difficultés soulevées concernant l’évaluation des élèves au baccalauréat,
    mais n’a pris aucun engagement à ce jour

FO appelle les collègues à signer massivement le voeu commun FO –FSU exigeant la
remise à plat de la réforme et l’ouverture de négociations !

FO appelle les collègues à prendre position pour le retrait définitif du projet Peillon de
remise en cause des décrets de 1950 !

PDF - 78.4 ko
tract_sti_9_janv_14.

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr