SNFOLC

Qui sommes-nous ?

9-10 avril 2014

jeudi 15 mai 2014

Le SNFOLC syndique les personnels enseignants, d’éducation et d’orientation des établissements de second degré, les personnels de laboratoire, que ces personnels soient titulaires ou non. Il syndique également les assistants d’éducation.


Le SNFOLC appartient à la FNEC FP-FO, fédération de l’enseignement, de la culture et de la formation professionnelle qui regroupent les instituteurs, les personnels administratifs des lycées, collèges, CIO, IA et rectorats , les personnels administratifs, techniques et les enseignants du supérieur, les infirmières, assistantes sociales et médecins de l’Education nationale, les personnels du ministère de la Culture, les personnels de l’AFPA (Association de formation professionnelle des adultes).

Il fait également partie de la FGF-FO, fédération des fonctionnaires, qui regroupe les syndicats et fédérations FO des différents secteurs de la fonction publique.

Le SNFOLC est organisé en syndicats départementaux et en sections académiques. Les syndicats départementaux regroupent les personnels en fonction de leur lieu d’exercice et adhèrent à « l’interprofessionnelle » FO de leur département (l’UD-FO) qui regroupe les salariés de tous les secteurs (privé et public).

Revendiquer, négocier, en toute indépendance : ce sont les mots d’ordre de Force Ouvrière. FO se revendique de la Charte d’Amiens.
===================================================
<article38><article50>
===================================================

Le SNFOLC national :

  • Intervient auprès du Ministère,
  • Répond aux questions et recueille les informations des sections départementales, académiques.
  • Engage des campagnes nationales de revendication
  • Publie la revue mensuelle, des brochures spéciales sur les droits, les stagiaires, les mutations, destinées aux syndiqués.

Les commissaires paritaires nationaux :

  • Informent les syndiqués candidats aux mutations sur les postes spécifiques nationaux, les postes à l’étranger et outre-mer.
  • Siègent au Ministère dans les CAPA nationales, dans les groupes de travail d’affectation aux mouvements des postes spécifiques et interacadémique.

=================================================

Vous pouvez nous contacter au siège national à l’adresse suivante :

SNFOLC 6-8, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex

Par courrier électronique snfolc.national@fo-fnecfp.fr
par téléphone 01 56 93 22 44
par fax 01 56 93 22 42
Heures de permanences (du lundi au vendredi) 9h - 12h30 et 14h - 18h

Pour défendre vos revendications
Syndiquez-vous
Syndiquez-vous au SNFOLC

=================================================

Conseil syndical national des 9 et 10 avril 2014. Le syndicat déterminé et unanime

48 orateurs, 110 représentants des
sections départementales, réunis
dans le berceau historique du Manifeste
des instituteurs syndicalistes
de 1905.
Résolution adoptée à l’unanimité

" Notre enseignement n’est pas un enseignement
d’autorité. Ce n’est pas
au nom du gouvernement, même républicain,
ni même au nom du Peuple
français que l’instituteur confère son
enseignement : c’est au nom de la vérité.
Les rapports mathématiques,
les règles de grammaire, non plus
que les faits d’ordre scientifique, historique,
moral, qui le constituent, ne
sauraient dès lors être soumis aux
fluctuations d’une majorité. "

“ Extrait du Manifeste des instituteurs
syndicalistes de 1905

PDF - 230.2 ko
art-CSN 8-10 avril 2014

==========================================

Montreuil, le 18 avril 2013

Le 29° congrès du SNFOLC s’est réuni à Seignosse les 10 et 11 avril, dans le cadre du congrès de la FNECFP FO, qui s’est déroulé du 8 au 12 avril en présence de 800 délégués.

Les délégués, représentant 82 sections départementales ont défini le cahier de revendications du syndicat pour les personnels enseignants, d’éducation, d’orientation et de laboratoire, titulaires et non titulaires des lycées et collèges.

Ni austérité de droite, de gauche ou syndicale

Le gouvernement actuel, à la suite du précédent mène une politique d’austérité, qui frappe sur tous les fronts.

Dans le cadre des traités européens (notamment le traité de stabilité, de convergence et de gouvernance) la seule variable d’ajustement ce sont les salaires, la protection sociale, les services publics.

Les prochaines mesures, pour satisfaire les marchés financiers, c’est une nouvelle attaque contre nos retraites par un nouvel allongement de la durée de cotisation et même une réforme systémique qui pourrait sonner le glas du code des pensions civiles. La Sécurité Sociale est également visée. Force Ouvrière y est totalement opposée !

L’austérité conduit à l’impasse : elle met en cause tous les acquis sociaux, et enfonce le pays dans la récession et le chômage.

Ni école territorialisée, ni école « light », l’Éducation doit rester nationale, l’école est faite pour instruire

Le ministre de l’Éducation Nationale a mis en chantier une loi dite de refondation de l’école qui prévoit le désengagement de l’État en transférant la formation professionnelle initiale et l’orientation aux régions, place de fait les établissements sous la double tutelle des collectivités et de l’État en instituant des contrats tripartites, renforce l’autonomie sur les horaires etc.

Un socle minimal, commun de compétences, de connaissances et de culture serait le principe organisateur de la scolarité obligatoire au détriment de programmes disciplinaires nationaux annuels. Les enseignants du secondaire pourraient être amenés à enseigner dans le primaire, sous prétexte de continuité.

Force Ouvrière ne cherche pas à vous faire prendre des vessies pour des lanternes : cette loi conduit tout droit à la territorialisation de l’école et à l’enseignement à minima pour le plus grand nombre. Force Ouvrière n’a donné aucun consigne de vote aux élections politiques : nous jugeons sur les actes.

Force Ouvrière a voté contre ce projet de loi au Conseil Supérieur de l’Éducation et au Comité Technique Ministériel quand d’autres l’approuvaient (UNSA et CFDT) ou s’abstenaient (FSU).

Force Ouvrière prend ses responsabilités et a appelé à la grève le 12 février dernier avec la CGT et SUD (le SNUIPP s’associant dans le premier degré). Nos revendications :l’abandon du projet de loi de refondation et de la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré qui mêle scolaire et périscolaire et place les enseignants sous tutelle du « projet éducatif territorial ». Le ministre n’a plus les moyens de l’appliquer : seulement 18% des communes la mettront en place à la rentrée 2013 !

Pour la défense de la République une et indivisible : non à l’acte III de la décentralisation

Le projet de loi Peillon s’inscrit dans le cadre de l’acte III de la décentralisation, qui prévoit des transferts massifs de compétences, à la carte, différentes d’un endroit à l’autre. Des coupes claires sont annoncées dans les services publics et les services de l’État.

Le référendum d’Alsace s’est conclu par un échec de ceux qui voulaient supprimer le département. Force Ouvrière avait appelé à voter non.
Avec la confédération FO nous nous opposons à la balkanisation de la République.

Défense du baccalauréat

La réforme du lycée de M. Chatel est appliquée à la virgule près par le ministre Peillon : nous n’avons pas changé d’avis. Ce qui était mauvais hier le reste aujourd’hui. Nos collègues de STI, dont la qualification est bafouée par le réétiquetage découlant de la réforme STI2D en savent quelque chose.

Le projet de loi annonce une remise en cause du baccalauréat comme examen national anonyme, nous le défendons ! Force ouvrière s’y oppose ! C’est pourquoi nous demandons l’annulation du contrôle en cours d’année en langue vivante, et le retour à des preuves anonymes à l’oral comme à l’écrit.

Le statut national de fonctionnaire d’État des personnels n’est pas à vendre : nous le défendons

Le ministre annonce une redéfinition de nos missions et de notre temps de travail : il a même fait référence à 25 heures par semaine.... Des projets d’annualisation des services et d’allongement du temps de présence sont connus.

Nous défendons nos obligations de service en maxima hebdomadaires d’heures d’enseignement (décrets du 25 mai 1950) et nous en demandons le respect tant dans l’esprit que dans la lettre !
A la rentrée 2013 , 30000 élèves supplémentaires sont attendus. Stop à la dégradation de nos conditions de travail !

La première des revendications : l’augmentation des salaires !

Les salaires baissent avec l’augmentation des prélèvements. Aucune augmentation de la valeur du point d’indice depuis 2010, le blocage annoncé jusqu’en 2015... Inacceptable.

L’augmentation de 5% de la valeur du point d’indice, de 44 points pour tous (200 euros), c’est pour Force Ouvrière la première des revendications !

L’indépendance syndicale toujours
Les revendications maintenant
Votre outil le syndicalisme confédéré : Force Ouvrière !

==================================================
Résolution du 29ème congrès - 10-11 avril 2013 :

PDF - 410.4 ko
SNFOLC-29eme_congres Seignosse-_resolution





=================================================

PDF - 340.3 ko
bulletin d’adhésion

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr