SNFOLC

Projet de loi Peillon : le ministre sort du bois ! Communiqué du SNFOLC, 15 mars 2013.

15 mars 2013

samedi 16 mars 2013


Les débats parlementaires sur le « projet de loi de refondation de l’école de la république » ont débuté à l’Assemblée nationale le 11 mars.
Le ministre a déjà affirmé qu’il discuterait « sans tabous » des statuts et des missions des personnels dès le 11 mars.

Aujourd’hui, 14 mars, il déclare « il faut redéployer du secondaire vers le primaire », et s’adressant aux députés de l’UMP, il confirme la réforme des lycées de son prédécesseur « Vous avez fait la réforme du lycée (…). Vous n’avez fait aucune économie sur le lycée. Ce sera aussi à nous de tracer la voie sur ce chemin. »
Les choses sont claires : à l’ordre du jour, c’est les suppressions de postes, le redéploiement des personnels, l’augmentation des effectifs dans les classes, l’interdiction des dédoublements, la remise en cause des droits et statuts !

C’est dans ce cadre que se prépare la rentrée 2013. Les premiers comités techniques sur les postes dans le second degré se tiennent. Ils proposent tous des suppressions de postes. Avec l’augmentation du nombre des élèves attendue ( 29 825 élèves supplémentaires et 2500 ETP pour y faire face sous forme de tiers temps pour les lauréats de la deuxième cession de concours-chiffres du ministère-), les conditions de travail et d’enseignement ne s’amélioreront pas, au contraire !
Et en plus, V. Peilon annonce la diminution des moyens dans le secondaire, ce qui éclaire son projet annoncé de réforme du lycée et du collège découlant du projet de loi.

S’agissant de l’école du socle, le ministre confirme qu’il s’inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs. Le ministre déplore que les cycles introduits en 1989 (Jospin) et le socle commun de connaissances et de compétences (Fillon) n’aient pas été jusqu’à leur terme et décide de poursuivre la disparition des disciplines, la dislocation des diplômes dont le DNB et le baccalauréat.
Le ministre confirme à l’Assemblée nationale qu’il souhaite que les régions soient seules, maîtres d’œuvre en matière de cartes des formations « ce texte (…) permet aux collectivités territoriales d’être impliquées dans les contrats d’objectifs entre les établissements et les rectorats ».

Ce que veulent les personnels, c’est la satisfaction de leurs revendications, la restitution des postes pour faire cours, le respect des disciplines

Ce que ne veulent pas les personnels, c’est la dislocation de l’école au nom de la refondation, l’autonomie des établissements, la régionalisation des programmes et diplômes nationaux.

Le SNFOLC propose aux personnels de dresser les revendications pour la rentrée 2013, en heures, en postes, à établir leurs cahiers de revendications.

Le SNFOLC, avec la FNEC FP-FO appelle à la grève le jeudi 28 mars avec la CGT, SUD et CNT.
Il propose aux personnels de se réunir pour préparer la grève.
Les personnels sont en état de légitime défense, stop au projet de loi Peillon
Nous voulons les moyens d’enseigner, des négociations sur nos revendications.

PDF - 152 ko
derniere_minute_projet de_loi communique snfolc 15-03-2013

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr