Communiqué SNFOLC

Programmes de Terminale S : courrier à l’Union des Professeurs de Spéciales

30 mai 2011

vendredi 3 juin 2011


Union des professeurs de spéciales
3 rue de l’École Polytechnique
75005 Paris

Madame, Monsieur,

Nous avons pris connaissance de votre position concernant les projets de programmes de terminale S.

Comme vous nous sommes vivement préoccupés par la réforme du lycée qui conduit, particulièrement dans les matières scientifiques, mais pas seulement, à une diminution importante des horaires disciplinaires dispensés aux élèves.

Nous apprécions votre récente prise de position comme une importante contribution à la défense d’un enseignement scientifique digne de ce nom pour les jeunes générations.

Vous avez raison, «  si l’objectif avait été de motiver de nombreux lycéens à s’engager dans l’enseignement supérieur scientifique et de les y préparer intellectuellement, alors il semblerait que ces nouveaux programmes auraient été rédigés tout autrement ».

Nous-mêmes sommes déjà intervenus au ministère dans le même sens que les académiciens. L’actuelle réforme du lycée conduit selon nous à une régression importante. Les projets de programmes de terminale S seront bien moins formateurs au raisonnement et à l’esprit critique, qualités fondamentales pour la poursuite d’études dans les domaines scientifiques.

Le recours à l’aide personnalisée pour palier la forte diminution des horaires en première, qui n’est pas entièrement compensée en terminale, afin d’approfondir les différentes notions du programme va de notre point de vue à l’encontre du principe égalitaire de l’enseignement public : tous les enseignements ne seront pas offerts partout, ce qui de fait mettra en concurrence les disciplines au sein d’un même lycée et les lycées eux-mêmes. Le contenu disciplinaire des programmes est fortement appauvri avec la disparition de pans entiers de connaissance, le caractère raisonné et progressif de l’apprentissage des notions délicates est remis en cause. Les élèves auront moins le temps d’appréhender et d’assimiler les notions repoussées en classe de terminale.

Nous partageons entièrement votre constat au sujet de l’enseignement de spécialité en informatique. L’approche de cet enseignement de découverte peut effectivement se révéler superficielle si les attendus du programme ne sont pas clairement exposés. Enfin l’évaluation de cet enseignement au baccalauréat nous questionne : s’agit-il pour le ministre d’instaurer une épreuve rompant avec le caractère ponctuel, terminal et anonyme des épreuves actuelles ?

Soucieux de contribuer à faire entendre la voix de tous ceux qui ont exprimé leur désaccord avec les orientations de la réforme du lycée, nous serions tout à fait intéressés à vous rencontrer afin d’avoir un échange de vue.
Veuillez agréer, madame, monsieur, l’expression de nos salutations d’enseignants indéfectiblement attachés à l’Ecole de la République.

Jacques Paris
Secrétaire général


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr