ORS des professeurs de CPGE : de qui se moque le ministère ?

vendredi 25 novembre 2016

La DGRH a envoyé aux recteurs un courrier en date du 7 novembre 2016, apparemment destiné à rappeler les règles. Si le ministère se montre disert sur les situations qui ne posent guère de problème, il se montre étonnamment silencieux sur celles qui font actuellement débat.


PDF - 105.1 ko

ORS des professeurs de CPGE :
de qui se moque le ministère ?
L’on assiste dans les académies à des tentatives de plus en plus nombreuses de
remises en cause du mode de calcul des obligations réglementaires de service
de professeurs de CPGE. Les organisations syndicales et les associations de
spécialistes sont amenées à se tourner vers le ministère pour lui demander de
mettre fin à ces abus. La DGRH a envoyé aux recteurs un courrier en date du 7
novembre 2016, apparemment destiné à rappeler les règles.
Répondre à des questions qui ne sont pas posées
Ce texte rappelle que les enseignants assurant l’intégralité de leur service en CPGE relèvent
bien des décrets du 25 mai 1950 ainsi que de la circulaire du 29 mars 2004 (ORS de 8 à 11
heures) et non du décret Peillon Hamon du 20 août 2014 (ORS de 15 heures). Il est vrai que ce
point n’est contesté.
La circulaire n°2015-057 du 29 avril 2015 indique par exemple : « les obligations
réglementaires de service des enseignants exerçant en CPGE restent fixées par les articles 6
et 7 du décret n° 50-581, par l’article 6 du décret n° 50-582 et par la circulaire n° 2004-056
du 29 mars 2004. »
La note technique DGRH B1-2 n°2015-0065 du 5 octobre 2015 le répète : « les enseignants
ayant un service complet en CPGE demeurent régis par les dispositions des décrets n°50-581
et n°50-582 du 25 mai 1950 ainsi que par la circulaire n°2004-056 du 29 mars 2004 relative
aux obligations hebdomadaires de service des professeurs des classes préparatoires aux
grandes écoles. »
La lettre DGRH B1-3 n°0182 du 9 octobre 2015 le confirme, s’il en était encore besoin : « les
dispositions de ces textes [décrets n°2014-940, n°2014-941 du 20 août 2014, n°2015-475 du
27 avril 2015] ne sont pas applicables aux enseignants assurant un service complet en CPGE
dont les obligations de service (ORS) demeurent régies par les articles 6 et 7 du décret n°50-
581 du 25 mai 1950, par l’article 6 du décret n°50-582du même jour et par la circulaire
n°2004-056 du 29 mars 2004. »

Le courrier DGRH B1-3 du 7 novembre 2016 précise ensuite qu’il est possible de prendre en
compte dans les ORS les heures de khôlle « le service peut être complété dans une CPGE d’un
autre établissement voire par des heures d’interrogations orales. »
Sur cette question, il ne s’agit pas non plus d’un progrès. La circulaire du 17 novembre 1950
toujours en vigueur dispose que « les heures d’interrogation effectuées ne peuvent être
rétribuées que si le service hebdomadaire normal du fonctionnaire est par ailleurs au moins
égal au maximum de service dû. Elles servent d’abord à compléter ce maximum, une heure
d’interrogation comptant, en complément de service, pour une heure d’enseignement. »
Ne pas répondre à des questions qui sont posées
Si le ministère se montre disert sur les situations qui ne posent guère de problème, il se montre
étonnamment silencieux sur celles qui font actuellement débat.
Il néglige les collègues affectés en CPGE à l’issue du mouvement spécifique national et
devant compéter leur service dans le second degré.
…/…
Syndicat National
Force Ouvrière
des Lycées et
Collèges
Communiqué du 24
novembre 2016
SNFOLC
Siège
National
6-8 rue Gaston Lauriau
93513 Montreuil-sous-Bois Cedex
Tel : 01.56. 93. 22. 44 - Fax : 01.56. 93. 22. 40
snfolc.national@fo-fnecfp.fr
www.fo-snfolc.fr
SNFOLC
Siège
National
6-8 rue Gaston Lauriau
93513 Montreuil-sous-Bois Cedex
Tel : 01.56. 93. 22. 44 - Fax : 01.56. 93. 22. 40
snfolc.national@fo-fnecfp.fr
www.fo-snfolc.fr
Dans un courrier à la Société des agrégés en date du 10 novembre 2009, la DGRH avait donné
les assurances suivantes : « en ce qui concerne les enseignants nommés dans le cadre du
mouvement national spécifique, l’hypothèse d’un professeur en sous service est improbable, les
enseignants étant nommés sur des postes à temps complet. Toutefois, si le cas se présente, le
professeur concerné continue à bénéficier des dispositions de la circulaire n°2004-056 du 29
mars 2004 relative aux obligations hebdomadaires de service des professeurs des classes
préparatoires aux grandes écoles.
Pour compléter son service, il peut assurer des heures de cours dans des classes de
l’enseignement secondaire. Dans ce cas, une heure d’enseignement est décomptée pour la même
durée. »
Or de nombreux de rectorats refusent d’appliquer ces recommandations et assimilent
arbitrairement ces enseignants (ORS de 8 à 11 heures) aux collègues occupant une chaire banale
avec un service partagé comportant, par attribution, quelques heures en classes préparatoires
(ORS 15 heures).
Le texte de la DGRH du 7 novembre 2016 ne permettra pas de mettre fin à ces pratiques. Force
ouvrière le déplore.
Le ministère a fait ensuite la sourde oreille aux revendications des collègues exerçant
l’intégralité de leur service en CPGE qui, conformément aux décrets de 25 mai1950, demandent
un retour au calcul leurs obligations de service des professeurs en fonction du niveau (première
ou deuxième année) et des effectifs (moins de 20 élèves, de 20 à 35 élèves, plus de 35) des
classes (et non des groupes).
L’administration se dispense d’appliquer ces dispositions. Elle ne retient plus que les effectifs
des groupes au motif qu’une décision du Conseil d’Etat n’a pas jugé illégale cette pratique
(Conseil d’Etat, 27 avril 2015 n°374020, M. A...B...).
Cet argument juridique n’est guère convaincant, Lorsque le juge administratif a donné tort à
l’Etat dans le calcul de la rémunération des HSA des professeurs agrégés hors classe enseignant
en CPGE (Conseil d’Etat, 3 juillet 2013, n°350750, ministre de l’éducation nationale, de la
jeunesse et de la vie associative), le ministère s’est empressé de modifier les textes pour éviter
d’avoir à verser aux intéressés la majoration de 10% auxquels ils avaient droit (décret n°2016-
1172 du 29 août 2016).
Intimider pour faire taire les questions
Le courrier DGRH B1-3 du 7 novembre 2016 donne enfin aux recteurs une consigne très
alarmante pour les professeurs affectés sur un poste spécifique national mais pour lesquels il n’y
aurait pas suffisamment d’heures en CPGE. « Si cette situation se révèle permanente, il vous
appartient de mettre en adéquation le nombre de postes spécifiques de l’établissement avec le
besoin réel d’heures d’enseignement en CPGE ».
En clair, les collègues en complément de service dans le secondaire qui réclameraient le
bénéfice de la circulaire n°2004-056 du 29 mars 2004 pourraient se retrouver en mesure de carte
scolaire (perte du poste)…
Pour Force ouvrière cette menace est inacceptable.
Ainsi le courrier DGRH B1-3 du 7 novembre 2016 est loin de satisfaire les
enseignants des classes préparatoires. Il ne contient aucune réelle avancée sur la
définition de leurs obligations de service. Il ne mettra pas un coup de frein au
grignotage des décrets de 1950.
Force Ouvrière ne peut s’en satisfaire. Aucune baisse de rémunération, aucune
dégradation des conditions de travail, aucune atteinte aux statuts n’est légitime.
Il s’agit de ne rien lâcher de ce que le mouvement de 2013 a permis de préserver.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr