Barres inter 2013

Nouvelles barres mutations inter 2013 : Disciplines L. + Déclaration FO.

Actualisation du 15 mars 2013 -

vendredi 15 mars 2013, par Corinne Masino

Les disciplines « L » sont enseignées en lycées et collèges.


Ces cartes de barres affichent le barème du dernier entrant de chaque académie, et sa date de naissance.


Les dates sont celles prévues par le ministère. Les disciplines terminées sont mise en ligne en PDF.

Pour être conseillé pour l’intra : circulaire, stratégies, barres : dossier INTRA <rubrique65> <art50>

- Déclaration commune FO.


Les disciplines sans carte de barre : pas encore examinées , ou pas de mouvement.

Dans le cas de la publication de modifications, elles sont annoncées avec leur date. Les académies modifiées figureront en rouge dans le PDF, renommé « 2 ».

DISCIPLINEBarres 2013 – PDF Date de la publication
Allemand L0421
PDF - 9.7 ko
Allemand_2_-2.
modifications 11/03
Anglais L0422
PDF - 10.4 ko
Anglais
11/03
Arabe L0423
PDF - 9.3 ko
arabe
11/03
Arts appliqués L6500
PDF - 9.4 ko
Arts_appl.
06/03
Arts plastiques L1800
PDF - 9.7 ko
Arts_Plastiques
11/03
Biochimie - Biotechnologie L7100
PDF - 9.7 ko
STI_L7100
06/03
Biotechnologie – Santé - Environnement L7200
PDF - 9.2 ko
STI_L7200
06/03
Breton L0441
PDF - 9.1 ko
Breton
11/03
Catalan L0442
PDF - 9.1 ko
Catalan
11/03
Corse L0443
PDF - 9.1 ko
Corse
11/03
Chinois L0424
PDF - 9.4 ko
Chinois
11/03
Créole
PDF - 9.2 ko
Créole-2
modifications 15/03
Documentation L0080
PDF - 9.7 ko
Doc
06/03
Eco Gestion A L8011
PDF - 9.7 ko
Eco_ge_L8011
06/03
Eco Gestion B L8012
PDF - 9.5 ko
STI_L1412_2_
06/03
Eco Gestion C L8013
PDF - 9.7 ko
Eco_G_L8013
06/03
Eco Gestion Info L8031
PDF - 9.3 ko
Eco_G_L8031_2
modifications 11/03
Education Musicale L1700
PDF - 9.6 ko
Education_Musicale
11/03
Espagnol L0426
PDF - 9.7 ko
Espagnol
07/03
Histoire Géographie L1000
PDF - 9.7 ko
Histoire_Geographie
11/03
Hébreux L0428 pas de mouvement
Italien L0429
PDF - 9.6 ko
Italien
07/03
Japonais L0430 pas de mouvement
Langue d’Oc
PDF - 9.2 ko
langue_d’Oc
11/03
Langue des signes L0600
PDF - 9.2 ko
Langues_Signes
11/03
Lettres Classiques L0201
PDF - 9.8 ko
Lettres_Classiques
07/03
Lettres Modernes L0202
PDF - 9.7 ko
Lettres_Modernes
07/03
Mathématiques L1300
PDF - 9.7 ko
Maths
08/03
Mélanésien L0448 pas de mouvement
Néerlandais L0431 pas de mouvement
Philosophie L0100
PDF - 9.6 ko
Philo
07/03
Polonais L0432 pas de mouvement
Portugais L0433
PDF - 9.1 ko
Portugais
11/03
Production culinaire L8510
PDF - 9.2 ko
STI_L8510
06/03
Russe L0434
PDF - 9.2 ko
Russe
11/03
SII L1411
PDF - 9.2 ko
STI_L1411
06/03
SII L1412
PDF - 9.5 ko
STI_L1412_2_
modifications 11/03
SII L1413
PDF - 9.6 ko
STI_L1413
06/03
SII L1414
PDF - 9.8 ko
STI_L1414
06/03
Sciences physiques L1500
PDF - 9.8 ko
physique-2
modifications 15/03
Sciences Economiques et Sociales L1100
PDF - 9.7 ko
SES-2
modifications 15/03
Sciences et Techniques Médico Sociales L7300
PDF - 9.7 ko
STI_L7300
06/03
Sciences de la Vie et de la Terre L1600
PDF - 9.7 ko
SVT
modifications 11/03
Service Accueil L8520
PDF - 9.2 ko
STI_L8520
06/03
Technologie L1400
PDF - 9.8 ko
techno
06/03
Tourisme L8530
PDF - 9.1 ko
STI_L8530
06/03

================================================

DECLARATION COMMUNE SNFOLC ET SNETAAFO OUVERTURE DES FPMN ET CAPN - 5 mars 2013

Si l’annonce de l’abandon du jour de carence pour les fonctionnaires est de nature à nous satisfaire, cela ne compense pas le gel des salaires pour la 3ème année consécutive. Le contexte d’ouverture de ces CAPN et FPMN ne nous agrée pas ! Effectivement, nous dénoncions il y a un an la destruction de l’école de la République, et l’abandon de l’éducation par l’état ! Cela est toujours d’actualité ! Sous couvert de refondation de l’école, des projets encore plus destructeurs s’annoncent dans le projet de loi pour l’école.

Le nouveau ministre a abrogé le décret sur l’évaluation des personnels, un autre se profile déjà !

Nous nous félicitons de la réouverture de concours réservés permettant à nos collègues contractuels depuis de longues années, l’accès à la titularisation. L’accès au métier d’enseignant par les concours externes est proposé sous deux formes : concours « normal » dit concours 1 et concours « anticipé » dit concours 2 ; ce dernier instaure une forme nouvelle de précarité qui va amputer une partie des moyens d’enseignements en réduisant encore les capacités d’accueil. Nous ne pouvons que le contester. Nous déplorons également que les ouvertures de places aux concours réservés se fassent au détriment des concours internes.

Nous ne pouvons qu’approuver également la disparition du mouvement national spécifique ECLAIR mis en place en 2012, échappant à toute règle, tout contrôle et détournant le mouvement national. Néanmoins une grosse incertitude persiste quant à la gestion des personnels affectés sur ces postes et aux engagements liés à la fiche descriptive du poste.

Le nouveau texte de loi de refondation de l’école ne renie pas les réformes précédentes, mais au contraire les valide et les aggrave et le récent projet de loi de décentralisation met en péril l’équité sur le territoire et le statut de fonctionnaire d’Etat ! Ainsi :

  • - La mastérisation n’est pas remise en cause, alors qu’elle pose le problème crucial du recrutement des enseignants et de leur formation !
  • - La réforme de la voie technologique et l’abandon de la rénovation de la voie professionnelle, la reléguant à une 3ème voie d’accès au bac dans un lycée « unique », sont une erreur stratégique pour notre pays et la main d’œuvre qualifiée de demain.
  • - S’il y avait instauration d’une seconde de détermination, cela décalerait le palier d’orientation post seconde. Cela réduirait encore les contenus de formation du bac pro, alors que le bac pro 3 avait déjà réduit ce temps de formation d’un an ! Et contrairement à ce que déclare Mr le Ministre de l’EN, la seconde indifférenciée n’introduira pas de nouveaux enseignements : l’histoire- géo, les langues vivantes, l’éducation civique, les arts appliqués et même les math-sciences sont enseignés depuis toujours dans la voie professionnelle. Le Ministre semble l’ignorer ! Ou est-ce du mépris pour l’enseignement professionnel ?
  • - L’abandon aux régions de l’orientation et de la carte des formations est un pas en avant vers l’assujettissement aux politiques locaux, à des objectifs et des projets à court terme que sont les échéances électorales.
  • - La territorialisation de l’école est en marche à tous les niveaux, avec en prime une inégalité de traitement selon les régions ! C’est l’abandon pur et simple de l’école par l’Etat ! A terme c’est même la dévalorisation des diplômes nationaux au profit de pseudo qualifications régionales ou professionnelles, au seul service de l’insertion professionnelle immédiate et non pas de l’adaptabilité et de la mobilité tant souhaitées. Cela sera encore aggravé par la « modularisation » des diplômes et la validation de compétences faisant perdre de la lisibilité des parcours de formation pour les jeunes et les familles.
  • - La réaffirmation de la place de l’apprentissage en LP, induisant de fait la mixité des publics et /ou des parcours, sous prétexte de sauver l’une ou l’autre des voies de formation, ou de mutualiser les moyens, sera de nature à attaquer le statut même des enseignants de lycées professionnels et à déstructurer établissements et formations.
  • - Sous prétexte de modification des rythmes scolaires, c’est l’instauration de l’allongement et l’annualisation du temps de travail des enseignants qui sont visées, ainsi que la remise en cause du calendrier scolaire.

Avant c’était « travailler plus pour gagner plus » maintenant « c’est travailler plus pour rien. »

Les réformes se suivent et ne s’évaluent jamais ! Puisque les unes après les autres, elles nous sont imposées, sans jamais aller à leur terme ! Chacun veut marquer son passage mais sans jamais tenir compte des remarques des personnels chargés de les mettre en place et sans en mesurer les conséquences pour les jeunes qui nous sont confiés ! C’est intolérable et méprisant !

De plus en plus de personnels sont en souffrance, la charge de travail s’alourdit, les heures supplémentaires n’ont jamais été aussi nombreuses et souvent imposées avec chantage, le nombre d’élèves dans les classes ne diminue pas, la violence envahit nos établissements, même les plus calmes jusque là ! Le SNETAA FO tient également à faire remarquer qu’une fois de plus les lycées professionnels continuent à payer un lourd tribu à la politique d’austérité par des regroupements de sections, des fermetures importantes de postes et des DGH amputées à priori d’une partie des heures dues aux élèves, calculées sur une base élève revue à la baisse y compris sur les poursuites de cycles où les élèves sont vraiment présents ! Cela contribue à dégrader les conditions de travail des personnels et des élèves. Il est inadmissible que les heures dues ne soient pas données !

A quand la restitution et la reconnaissance par l’Etat de l’autorité de l’enseignant dans sa classe ?

A quand enfin une réforme juste et équitable pour tous les jeunes sans exclusive, avec une prise en charge par l’Etat des plus fragiles et des plus faibles dans des structures adaptées à leurs capacités collèges, lycées, Lycées Professionnels, SEGPA et EREA, ULIS …avec des personnels formés ? Nous réaffirmons notre attachement aux statuts particuliers des différents corps des personnels de l’Etat.
Nous le redisons ici avec force : l’école n’est pas une marchandise ! Elle ne doit pas se positionner comme un enjeu de concurrence entre territoires, ne peut, et ne doit pas être gérée comme une entreprise à laquelle on demande « son offre de projets éducatifs », son « rendement », ses « performances » … A quand son chiffre d’affaires ?

L’Education doit rester de la seule compétence de l’Etat, garant de l’égalité sur le territoire.
Sachant que l’obtention d’un diplôme national validé par les branches professionnelles est une garantie de reconnaissance de qualification permettant l’accès à un emploi identifié, à une rémunération adaptée, et valable sur l’ensemble du territoire et que les établissements publics remplissent fort bien ces missions (lycées, Lycées Professionnels, EREA). Nous demandons qu’ils conservent chacun leur spécificité pour assumer cette mission et que la dimension des établissements reste à taille humaine pour le bien de tous.

L’école de la République doit rester une et indivisible, s’ouvrir à tous et permettre à chacun de réaliser son parcours menant à un diplôme.
Concernant le mouvement, nous constatons qu’il y a peu de modifications de fond sur le mouvement depuis la gestion déconcentrée que nous combattons et que toutes les intentions de bonifications quelles qu’elles soient sont un leurre si des capacités d’accueil ne sont pas ouvertes dans les académies et dans les disciplines concernées. Où sont les changements tant attendus ? Nous serons vigilants quant aux entrées dans les académies où l’on nous propose en juin des détachements nombreux dans des disciplines où il est impossible de rentrer ! Si le détachement est une modalité de recrutement et de mobilité professionnelle, il ne doit pas se faire au détriment des personnels titulaires présents et bloquer leur propre mobilité !
Nous déplorons et dénonçons une fois de plus le fait que la cellule info mobilité ait averti les candidats à mutation du projet les concernant avant même que les organisations syndicales n’aient reçu les documents papiers. Nous le répétons : où est le changement tant attendu ?

Certes nous disposions des fichiers informatiques mais vous conviendrez aisément qu’ils sont insuffisants pour répondre correctement aux collègues. Si nous n’en tenons pas rigueur au personnel de la DGRHB2-2 qui nous réserve toujours un accueil chaleureux, et se montre très disponible, nous tenons à vous dire Mme 

La DRH que nous n’acceptons pas ces aléas, d’autant plus que nous n’en avons même pas été avertis !

Sachez enfin, Mme La DRH, que nous apprécions qu’il soit prévu cette année un temps plus important pour examiner le mouvement des PLP que celui prévu initialement.

PDF - 94.9 ko
declaration_commune 5_mars_ouverture_FPMN

Documents joints


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr