SNFOLC

Note de vie scolaire, communiqué SNFOLC du 13 février 14, le ministre supprime la note mais maintient les compétences, un choix qui en dit long

13 février 2014

jeudi 6 mars 2014


La note de vie scolaire a disparu officiellement dans sa version chiffrée par le décret n° 2014-29 du 14-1-2014. « Elle n’entre plus dans le décompte du contrôle continu » comme le précise le directeur général de l’enseignement scolaire, JP Delahaye, dans la lettre de cadrage du 17 janvier 2014 à destination des chefs d’établissement. Tout le monde se réjouit de la disparition de cette aberration qui établissait une confusion entre le comportemental et le pédagogique, n’évaluait aucun travail de l’élève et n’a jamais apporté aucune amélioration en terme de vie scolaire.

Toutefois la véritable suppression de la note de vie scolaire aurait consisté à en supprimer ses avatars sous forme de compétences dans le socle commun. Or, le ministre a fait le choix inverse.

La même lettre de cadrage la maintient intégralement pour ce qui concerne les compétences 6 (« compétences sociales et civiques ») et 7 (« autonomie et initiative ») du socle commun qui restent obligatoires pour obtenir le diplôme. Mais, comme pour toutes les compétences du socle, si elles ne sont pas validées pour le socle commun cela n’empêche pas l’élève de se présenter aux épreuves finales du Brevet car « seuls les domaines acquis dans cette compétence doivent être renseignés ». Autrement dit, même si les compétences 6 et 7 ne sont pas validées, cela n’empêche ni de passer les épreuves, ni d’avoir le DNB. Gageons que le socle sera validé en bloc et que l’élève sera reçu qu’il ait validé les compétences 6 et 7 ou pas.

On peut donc prévoir sans risque qu’en matière de vie scolaire, transposer la note de vie scolaire en compétences aura autant d’effet que la note elle-même…

Le problème reste donc entier.

Plus grave, nous constatons que la disparition de la note de vie scolaire a pour effet de multiplier les pressions sur les collègues pour assouplir leur notation. La crainte est grande que sa suppression n’ait un effet désastreux sur la moyenne au DNB, celle qui évalue le travail réel de l’élève.

Le SNFOLC rappelle qu’en août 2012, suite au rapport de l’inspection générale sur le LPC, le ministre reconnaissait son « inutile complexité » et que c’est « un casse- tête stérile pour les professeurs ». Pourtant il n’y a pas mis un terme, bien au contraire dans sa loi d’orientation consacre les compétences et le socle commun chers à F. Fillon. Cette fois V. Peillon supprime la note de vie scolaire mais maintient son équivalent par compétences.

Ce n’est pas ce que les enseignants réclament.
Ils constatent que

  • le livret de compétences et le socle commun n’ont pas amélioré les résultats des élèves.
  • le livret de compétences représente une charge de travail supplémentaire non rémunérée qui s’oppose à l’exercice de leur liberté pédagogique.

Le SNFOLC demande au ministre l’abandon du LPC.

PDF - 61.2 ko
communique vie_scolaire_130214

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr