SNFOLC

Menaces sur le CAPES. Communiqué SNFOLC du 24 avril 2013

24 avril 2013

vendredi 26 avril 2013


Le ministère de l’Education nationale a publié le 19 avril 2013 une nouvelle maquette du CAPES entérinant un appauvrissement du concours. Ainsi, pour le CAPES de lettres modernes, le nombre d’épreuves est passé de six (arrêtés du 20 mai 1986 et du 30 avril 1991) à quatre (arrêté du 28 décembre 2009, projet d’arrêté de 2013).

La part accordée aux contenus disciplinaires a été considérablement réduite. Au CAPES de philosophie, de 100% dans l’arrêté du 20 mai 1986, elle a été ramenée à 80% par l’arrêté du 30 avril 1991 puis à 50% par celui du 28 décembre 2009 pour tomber à 33% dans le projet de 2013.

Enfin la maquette prévoit la disparition du CAPES de lettres classiques, les langues anciennes étant ravalées au rang de simple option d’un CAPES de lettres.

Un master des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation devrait préparer à ces nouveaux concours, dans le cadre de la masterisation (arrêtés du 12 mai 2010) et des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (articles 41 à 44 du projet de loi Peillon).
Celui-ci comporterait quatre mentions : premier degré, second degré, encadrement éducatif, pratique et ingénierie de la formation.

Selon de nombreux universitaires, ce master, non disciplinaire et sans lien avec la recherche, n’aura qu’une faible valeur scientifique.

Ainsi, loin d’augmenter la qualification des professeurs, la mise en place des ESPE sert de prétexte à une remise en cause de leur maîtrise disciplinaire.

En les transformant en simples évaluateurs de compétences dans la logique de l’école du socle, elle les empêche de transmettre des connaissances, de développer le goût de l’effort, le sens esthétique, la capacité de raisonnement de leurs élèves.

Elle prépare les attaques contre le statut en cherchant à promouvoir un corps unique des professeurs, avec un allongement du temps de présence pour effectuer des tâches de toute nature jusqu’à 24 heures par semaine et un décompte annuel, comme le préconisent déjà divers rapports officiels.

Force Ouvrière demande le retrait de ces maquettes, le rétablissement de concours nationaux disciplinaires et le maintien de l’agrégation comme concours de recrutement de professeurs du second degré.

Pour Force Ouvrière, le projet Peillon, c’est toujours non.

Montreuil, le 24 avril 2013.

PDF - 119.5 ko
communique_snfolc nouveau_concours_2014

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr