Communiqué SNETAA-SNFOLC du 19 juillet 2011

Loi sur le développement de l’alternance : Fausse solution contre la scolarisation des élèves et les lycées professionnnels

mardi 23 août 2011


La proposition de loi Cherpion relative au développement de l’alternance et à la sécurisation des parcours professionnels, adoptée par l’Assemblée Nationale le 21 juin, et par le Sénat le 27 juin, passée en commission mixte paritaire le 4 juillet entend permettre de faire passer de 600.000 à 800.000 le nombre d’alternants d’ici 2015, et même à un million à terme.

Le dispositif serait être applicable dès la prochaine rentrée scolaire.

Il prévoit des dispositions qui toutes sont dirigées contre le droit à la scolarisation des élèves, remettant en cause l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans, et contre les lycées professionnels, au profit de l’alternance et de l’apprentissage :

 dès la classe de 4ème/3ème, des parcours d’ « alternance personnalisée » seront mis en place

 La réduction à 15 ans, voire même 14 ans, de l’âge minimum d’entrée en apprentissage à condition d’avoir terminé la classe de troisième, sur le modèle des « contrats d’apprentissage junior » rejetés en 2006, ceci alors que la circulaire de rentrée prévoit déjà la relance du Dispositif d’Initiation aux Métiers en Alternance", (DIMA) et la possibilité, pour un élève ayant parcouru l’ensemble du cycle collège, d’entrer en apprentissage à 15 ans.

 Les contrôles préalables par les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi à la signature des contrats seront supprimés, et l’apprentissage sera ouvert aux entreprises de travail temporaire

Le SNETAA-FO et le SNFOLC réaffirment que la solution aux difficultés scolaires de certains élèves ne peut résider ni dans la réduction des heures de cours, que toutes les réformes n’ont cessé de mettre en oeuvre, ni dans la remise en cause de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, ni dans le développement tous azimuts de l’alternance, contre le cadre scolaire.

Le SNFOLC et le SNETAA-FO considèrent que les diverses mesures découlant de la loi Cherpion n’aboutiront qu’à « externaliser » le problème des élèves en difficulté, en le transférant sur l’apprentissage et le secteur privé, tout en permettant à l’Education Nationale de maintenir en place le Collège Unique. C’est, au contraire, au sein de l’Education Nationale, et non ailleurs, qu’il importe de mettre en place une diversification des parcours, en permettant, par exemple, à des élèves d’être scolarisés en classe de 4ème/3ème, dans les Lycées Professionnels.

Avec la confédération Force Ouvrière ils réaffirment que tous les élèves doit pouvoir trouver une place en lycée professionnel, pour y préparer un diplôme professionnel reconnu nationalement, depuis le CAP, et effectuer un parcours de formation qui lui permette d’accéder au niveau 3.

Aux fermetures de sections et aux suppressions de postes découlant de la RGPP (Révision Générale des Poitiques Publiques), au développement de l’alternance, le SNFOLC et le SNETAA-FO opposent leur revendications d’ouverture des sections nécessaires, et en particulier que tout bac pro soit accompagné de l’ouverture dans le bassin d’une section de CAP correspondante.

Avec la loi Cherpion une nouvelle fois les beaux discours et les effets d’annonce gouvernementaux ne font que révéler la finalité obsessionnelle d’en finir avec l’Ecole publique, laïque et républicaine.

PDF - 165 ko
COM_DU_19_07_2011 Loi Cherpion

P.-S.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr