Les langues vivantes, victimes de la « refondation » du BAC

vendredi 5 octobre 2012


La refondation du Bac a déjà commencé en langues vivantes par l’introduction du contrôle en cours de formation à dose massive. C’est une des déclinaisons de la réforme Chatel du lycée que le ministre V. Peillon a choisi de maintenir et poursuivre.

Un mois après la rentrée, le constat est accablant. Partout les enseignants de langues vivantes sont placés dans des
situations intenables :

  • - les horaires d’enseignement sont maintenant réduits à peau de chagrin. 2h hebdomadaire pour la majorité des
    élèves !
  • - l’organisation du CCF entraîne une réduction spectaculaire du temps consacré aux cours pendant l’année
    scolaire.
  • - les alignements des classes pour tous les enseignants de langue ont dégradé tous les emplois du temps
  • - l’organisation par groupe de compétences désorganise les lycées au point que dans certains d’entre eux, un mois
    après la rentrée, les élèves ne savent pas encore avec quel professeur ils ont cours.
  • - l’organisation de ces « groupes » et des alignements de classes est reportée sur les enseignants de langues
    vivantes eux-mêmes dont ce n’est pas la mission
  • - le travail en équipe permanent conduit à une surenchère de réunions
  • - la globalisation des LV1 et LV2 est instituée de facto
  • - le même sujet étant prévu en LV à l’oral pour des élèves de série différentes (en L et STG par exemple) aboutit à
    un nivellement par le bas des exigences
  • - le regroupement d’élèves de filières différentes et préparant des épreuves différentes est invoqué pour refuser le
    paiement de l’heure de première chaire pour chaque classe.

Personne n’est dupe, derrière le CCF et la mise à mort des épreuves nationale et anonyme du BAC, il s’agit de
lever l’obstacle au zonage des vacances d’été dans le cadre de la refonte des rythmes scolaires.

Le SNFOLC avait demandé au nouveau ministre de mettre un terme à la réforme du lycée qui appauvrit les
enseignements par la destruction du groupe classe la réduction des horaires d’enseignement et la mise en coupe
réglée de l’épreuve terminale nationale et anonyme. Pour le SNFOLC, il est encore temps de mettre un terme à la
tyrannie du CCF et de rétablir les horaires d’enseignement par classe.
Le SNFOLC s’adresse au ministre et demande le retour aux épreuves ponctuelles et anonymes pour la session 2013
du BAC. Il invite les collègues à s’adresser eux aussi au ministre en ce sens.

PDF - 108.3 ko
LV_communique_SNFOLC_3 oct_def

<art38>


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr