FNEC-FP-FO

Le cahier des charges de la « mastérisation » repoussé à l’unanimité au CSE

12 avril 2012

vendredi 13 avril 2012

C’est un vote sans appel que le Conseil Supérieur de l’Education a émis hier en rejetant le cahier des
charges de la formation des maîtres par 51 voix contre, 0 pour, 0 abstention et 0 refus de vote.

Ce vote « contre » vient après celui du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

La FNEC FP – FO se félicite de ces résultats qui confirment, s’il le fallait, que la « mastérisation » de la
formation est rejetée par les étudiants, les lauréats aux concours et par l’ensemble des personnels.

Plus que jamais, la « mastérisation » doit être abandonnée. La responsabilité du ministère est engagée. Il
ne peut plus ignorer cette exigence.

Montreuil, le jeudi 12 février 2012

PDF - 61.1 ko
FNEC_cahier_des_charges_12-04-12

====================================================


Formation des personnels enseignants et d’éducation FO contre le projet de cahier des charges présenté par le ministre au Conseil supérieur de l’Education (CSE).

Le ministre veut passer en force.

Alors que l’arrêté sur la formation des enseignants et personnels d’éducation avait été annulé
par le Conseil d’Etat (28 novembre 2011), alors que les personnels rejettent la « mastérisation »
des concours dont les conséquences sont inacceptables, le ministre présente successivement
au CNESER puis au CSE (Conseil Supérieur de l’Education) le « cahier des charges »
de la formation des enseignants, dans la droite ligne de la « mastérisation ».

Les organisations syndicales unanimes ont demandé le retrait de ce projet de l’ordre du
jour du CNESER du 23 mars 2012.

Lors du CSE, le 11 avril 2012, FO se prononcera contre ce texte.

La mastérisation, en contraignant tous les stagiaires à l’entrée directe dans les écoles, les
collèges et les lycées, en leur imposant un service à temps plein auquel s’ajoute un tiers
temps en formation, a conduit les stagiaires à l’épuisement, à la démoralisation voire à
la dépression et à la démission.

Par la mastérisation, pour la seule année 2011, 18 202 postes ont disparu et 707 millions
d’euros ont été économisés (soit plus que l’équivalent d’un an de RGPP dans toutes la
fonction publique de l’Etat).

Le texte présenté au CNESER puis au CSE entérine la masterisation et toutes ses
conséquences. Il poursuit le saccage d’une vraie formation sur le temps de service en la
globalisant à 1/3 des obligations réglementaires de service.

Ce texte confirme les « compétences » à valider (arrêté du 12 mai 2010), valide la
décentralisation de la formation des étudiants et des futurs personnels enseignants et
d’éducation vers les recteurs et l’absence de cadrage national.

Il réaffirme l’obligation de l’obtention du cadre européen commun de référence en
langues et du référentiel de compétences du certificat informatique et internet de niveau 2.

Ce texte fait disparaître les IUFMet les intègre en totalité aux universités. Dans le cadre
de l’autonomie, les recteurs organiseraient à la fois la formation universitaire et les stages
avant et après le concours.

De fait, rompant l’égalité devant le concours, le texte met en place un partenariat
recteur-université avec des formations qui pourraient être proposées « en fonction de
leur potentiel scientifique » et qui « ont vocation à adapter leur offre de formation et à
répondre aux besoins particuliers de chaque académie ».

Pour FO, la revendication demeure : la mastérisation doit être abandonnée, c’est ce que
demandent les étudiants, les lauréats, les personnels.

Ce « cahier des charges » dans la droite ligne de la mastérisation n’est pas acceptable. Il
doit être rejeté. C’est ce que Force Ouvrière demande au Ministre.

Montreuil, le 11 avril 2012

PDF - 240.2 ko
cahier_des_charges_formation communique 11_avril_ 2012

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr