snfolc

Le SNFOLC s’adresse au SNES. 21 janvier 2013

21 janvier 2013

vendredi 25 janvier 2013

Montreuil le 21 janvier 2013

A Frédérique Rollet, Roland Hubert, Daniel Robin

Co-secrétaires généraux du SNES


Chers camarades,

Nous nous adressons à vous alors que les conséquences du projet de loi sur la refondation de l’école
deviennent chaque jour un peu plus claires pour l’enseignement secondaire et ses personnels.

L’orientation scolaire, dossier sur lequel nous avons pris une position commune, contre son transfert et
en défense du statut de fonctionnaire d’Etat des COP, n’est pas, loin s’en faut, le seul visé par les projets
gouvernementaux.

Comme nous, vous savez que le socle commun de connaissances de compétences et de culture doit
devenir le « principe organisateur de « l’enseignement obligatoire » et qu’en conséquence, la marche à
l’école du socle est engagée,
ce qui se matérialise par la mise en place d’un cycle CM2-6° et un conseil
commun collège-école primaire.

Vous savez que le transfert de la carte des formations professionnelles initiales aux régions induit des
politiques régionales et le développement de l’apprentissage au détriment des formations sous
statut scolaire
(cela concerne aussi les BTS).

Vous savez que le cadre conjoint du projet de loi Peillon et des orientations retenues pour la future loi
d’orientation non seulement remet en cause toute l’architecture de l’enseignement secondaire mais induit
dès 2014, une nouvelle réforme du lycée dans la continuité de la précédente. C’est prévu dans l’annexe
du projet de loi et un représentant de la DGESCO a déclaré publiquement qu’elle serait « restée au
milieu du gué ». En réalité c’est le baccalauréat comme examen national anonyme qui est aussi visé.

Les classes préparatoires elles-mêmes sont aussi dans le viseur du gouvernement ainsi que les agrégés.
Aucune rupture n’est venue avec les réformes antérieures, que ce soit au collège (livret de compétences),
ou au lycée (voir ce qui se passe avec les épreuves du bac en langues vivantes ou les STI, sur lesquels
nous avons pris des positions communes au cours du premier trimestre) : le projet de loi s’inscrit en
totale continuité.

Le statut et les missions des personnels sont aussi sur la sellette : en témoigne le projet de référentiel
de compétences professionnelles de l’enseignant qui est en cours d’élaboration, en lien avec la mise en
place des ESPE dès la rentrée 2013. On retrouve dans les compétences la même logique que celle qui
présidait à l’évaluation mise en place par M. Chatel, notamment avec la multiplication des activités
extérieures à la classe et à la discipline. Chacun comprend de surcroît, que les échanges de service, sont
incompatibles avec le maintien des décrets du 25 mai 1950.

Les projets éducatifs territoriaux ont vocation à être étendus aussi dans l’enseignement secondaire,
l’année scolaire à être allongée et l’autonomie des établissements encore renforcée.

On est loin de l’augmentation de nos salaires et de l’amélioration de nos carrières !

Le projet de loi est présenté au conseil des ministres ce mercredi : c’est la raison pour laquelle nous
avons appelé, avec notre fédération, à des délégations ce jour, qui sont d’ailleurs souvent unitaires.
Il y a urgence, il faut nous opposer à des projets néfastes pour l’enseignement secondaire et toutes les
catégories ! Il faut exiger le retrait du projet de loi dont ils découlent. Personne ne pourra dire qu’il n’en
connaissait pas les conséquences.

Nous sommes disponibles pour toute rencontre, bien entendu le plus tôt sera le mieux, dans le but
d’organiser une riposte commune.

Veuillez recevoir, chers camarades, mes sentiments syndicalistes les meilleurs.

Jacques Paris -
Secrétaire Général du SNFOLC

PDF - 193.1 ko
lettre_SNFOLC au_SNES

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr