Le SNFOLC reçu à la DGRH le 22 mars 2013 - Compte-rendu de l’audience STI 22 mars 2013

jeudi 28 mars 2013

Une délégation du syndicat national (Christian Girondin et Edith Bouratchik) a été reçue à sa demande par les services de la DGRH sur la question des STI.


Il s’agissait surtout de faire le point sur des situations individuelles remontées au national.

1. En mars 2013, les problèmes demeurent : rien n’est réglé.

Pour le SNFOLC, la réforme Chatel appliquée par le ministre Peillon, est toujours une contre-réforme : nous en exigeons toujours la remise à plat.

On le voit tous les jours, cette réforme n’a permis ni la consolidation des sections, ni le maintien de la qualification des professeurs. Tout au contraire : certaines académies, conformément à ce que nous avons dénoncé, ferment des sections, pratiquent des MCS ; les professeurs de STI se retrouvent, pour un certain nombre en fin de carrière, TZR, contraint à faire de la technologie en collège. Nous demandons que les collègues ne fassent pas du hors réglementaire ; que chaque situation soit prise en compte.

Le GT du CHS ministériel a souligné la grande difficulté des personnels. : absence de formation, déqualification, etc.

Pour FO, les professeurs se retrouvent en grande difficulté, il est donc important qu’aucune inspection sanction ne soit mise en place.
Notre interlocuteur a reconnu que certaines situations soumises n’étaient pas normales, regrettant une gestion très comptable des rectorats. Il interviendra auprès des rectorats, si besoin, sur des cas particuliers précis, confirmant quand même que ce sont les rectorats qui ont la main. Pour le ministère environ 20% des collègues ne « pourront pas être reconvertis ».

FO a demandé qu’une intervention de la DGRH soit faite en direction de l’IG pour les collègues actuellement en reconversion en mathématique, en raison de la grande rigueur exigée parfois. Aucun collègue ne peut subir de plein fouet les difficultés rencontrées ; ils n’étaient pas demandeurs de la réforme. La DGRH s’est engagée à faire remonter le problème.

2. Mouvement intra 2013

Pour FO, l’examen de 14 circulaires académiques 2013 démontrent que peu d’indications sont données sur le mouvement STI.

Deux types de circulaires en gros, celles qui disent « Les certifiés et agrégés de STI doivent choisir entre la techno et une discipline de recrutement. Pas de participation dans plusieurs disciplines. Pas de changement de « stratégie » entre l’inter et l’intra » et celles qui ne disent rien du tout. Dans celles qui ne disent rien du tout, dont Lille, Amiens, Créteil et Versailles, il est à craindre, compte-tenu des difficultés dans ces académies (manque de professeurs, besoin en technologie, fermeture de sections, etc.) que ce silence ne conduise à des entorses statutaires.

Nous souhaitons que le ministère intervienne afin que les collègues ne subissent pas dans leurs affectations, la contre-réforme : pour rappel, excédent en STI, déficit en technologie d’après le ministre, avaient conduit la réforme…

Pour le ministère, on ne peut pas affecter à titre définitif en technologie sauf si demande du professeur.
De la même façon, si les dossiers des professeurs défendus dans les rectorats ne trouvent pas de solution, le ministère va regarder.

Le SN invite les instances à faire parvenir les éléments afin de poursuivre la campagne de défense des personnels face à une réforme inacceptable, maintenue par V.Peillon. Il est même à craindre que l’accent mis dans le projet de loi sur le parcours numérique de l’élève ne conduise encore à accentuer la tentative de « basculer » un certain nombre de collègues vers la technologie.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr