SNFOLC

Langues vivantes, débrouillez-vous - Communiqué SNFOLC du 28 janvier 2014

28 janvier 2014

vendredi 31 janvier 2014

Langues vivantes
« Débrouillez-vous tout seul
dans chaque établissement ! »

Le SNFOLC
condamne la
mise en place
d’un « open
bar local »
pour les
missions, les
horaires, les
services. Il
rappelle que
nous avons
des ORS
définies
nationalement en maxima
horaires
hebdomadaires.


C’est en résumé ce que préconise la note de service n° 2014-003 du 13-1-2014 parue au BO
du 23 janvier 2014. Elle confirme les intentions du ministre : maintenir des épreuves en
cours d’année, imposer aux professeurs une mission permanente et continue d’évaluation
locale en lieu et place des examens terminaux nationaux.

En faisant ce choix, au lieu de répondre à la revendication d’abandon des épreuves en cours
d’année, le ministre prend la responsabilité d’accroître encore un peu plus le
mécontentement légitime des professeurs dont le salaire baisse, les conditions de travail se
dégradent, les postes s’effritent chaque jour un peu plus, tant au nom des suppressions que
des redéploiements ou des projets expérimentaux décidés localement (Rennes, Toulouse,
par exemple).

Le ministre veut donc poursuivre, sans se cacher, la contre-réforme Chatel et, ce faisant,
adapter le statut à la loi de refondation pour imposer aux professeurs des obligations de
service locales et gratuites : « Les activités d’évaluation des élèves de leur établissement.
Elles comprennent les temps d’élaboration des sujets et de surveillance des épreuves
d’examen. »
(bloc 2, fiche 1, projet 7.12.2013).

Pour le SNFOLC, la note de service préfigure ce qui attend chaque professeur dans le cadre
des missions revues par V.Peillon dans toutes les disciplines : « débrouillez-vous tout seul,
dans votre établissement, avec les moyens du bord ! »

En effet, les épreuves en cours d’année « sont conduites par l’enseignant de la classe
concernée. »
C’est donc, un professeur et ses élèves pour des épreuves de baccalauréat.
Pour les situations diverses, « une organisation différente peut toutefois être mise en
place ».
Chacun fait ce qu’il peut et surtout localement !

Le SNFOLC condamne une organisation localement définie pour un examen terminal. La
passation des épreuves à partir du mois de février alors que la note de service ne paraît que
le 23 janvier 2014 et que la plupart des établissements a déjà organisé ces épreuves ne
résout pas le problème.

Chaque enseignant est laissé seul : il conduit l’épreuve et il la fait passer sur ses moments
libres car « il convient de limiter au strict minimum les heures d’enseignement mobilisées
par l’évaluation ».

Et l’on connaît aussi le responsable en cas de dysfonctionnement : le professeur. En effet,
le professeur informe les élèves « des objectifs visés » et « des conditions de son
déroulement
 » avant. « Cette mise en oeuvre n’exige ni n’interdit l’édition de convocations
ou l’anonymat des copies. »
On se débrouille avec les moyens disponibles dans
l’établissement et un peu de bonne volonté… sur son temps libre !

De toute façon, pas d’inquiétude nous dit le ministre, si l’élève a été absent pour un motif
indépendant de sa volonté aux épreuves en cours d’année, ça ne compte pas : « le calcul
des notes finales s’effectue uniquement à partir des résultats de la partie écrite des
épreuves. »

Un professeur peut à juste titre s’interroger sur l’utilité d’une telle usine à gaz.
Pour le SNFOLC, l’objectif ministériel est simple : faire perdre à chaque professeur son
statut particulier, ses missions, ses obligations de service définies par les décrets de 1950.
Tout cela remplacé par une définition locale des obligations de service qui conduit au
travail gratuit.

Le SNFOLC condamne la mise en place d’un « open bar local » pour les missions, les
horaires, les services. Il rappelle que nous avons des ORS définies nationalement en maxima
horaires hebdomadaires.

FO poursuit, à tous les niveaux, sa campagne pour l’abandon de ce dispositif précurseur de
la destruction des missions des enseignants et des examens terminaux. Le SNFOLC demande
audience auprès du ministre et des recteurs.

PDF - 192.5 ko
LV_snfolc_28-01-14

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr