SNFOLC revue N° 398

Langues vivantes, épreuves en cours d’année - 15 mai 2014

15 mai 2014

jeudi 15 mai 2014


Le ministère avait promis : tout ira au mieux
la deuxième année de passation des
épreuves en cours d’année en langues vivantes…

Qui peut y croire puisqu’il s’agit non pas de mettre
en place une vraie épreuve de langue à l’oral mais
de distiller le contrôle continu ? Le SNFOLC a
multiplié les démarches pour que ce dispositif soit
abandonné et que de vraies épreuves soient mises
en place. Quelques recommandations parues très
tardivement n’ont pu colmater les brèches ouvertes
dans le statut national des professeurs et dans le diplôme
national du baccalauréat.

C’est une liste de tâches infinies qui remplace désormais
les missions encadrées des professeurs.
Nous l’avons dit à de nombreuses reprises : le professeur
se retrouve seul avec obligation de devenir
concepteur et évaluateur de ses propres élèves, de
ceux de ses collègues dans un même établissement.
Il devient formateur de ses collègues qui,
s’ils ne sont pas de la discipline, font passer quand
même les épreuves de langue. Il doit posséder de
nombreuses compétences pour réaliser les sujets,
parfois devenir technicien et personnel administratif,
et surtout, avoir une vision « éclairée », car il
n’est pas rémunéré de ce temps de travail supplémentaire.
Que reste-t-il de l’identité professionnelle
du professeur quand il est ainsi contraint de
tout faire et qu’il lui reste peu de temps dans des
horaires disciplinaires restreints pour faire l’essentiel
 : enseigner sa discipline.

Le premier grade universitaire n’est pas épargné
non plus. L’anonymat n’est plus de mise, les dates
et l’organisation des épreuves sont décidées localement,
la fiche d’évaluation qui sert de support à
la notation ne permet pas de reprendre la rigueur
de correction nécessaire à un examen national terminal.
Les conditions de l’examen dépendent donc
des moyens locaux.

Il devient urgentissime que le nouveau ministre reprenne
ce dossier délaissé et qui maintient le dispositif
Chatel. Il est de la responsabilité du
ministre de dire clairement aux enseignants de
langue : les épreuves orales seront revues pour
qu’elles deviennent des épreuves terminales et
anonymes, avec un même calendrier national, avec
des professeurs rémunérés qui ne sont pas
contraints de raboter leur cours pour faire passer
les épreuves dans une organisation devenue insupportable.

Ce qui est infligé aux professeurs de langues vivantes
est indissociable du projet de décret Peillon
de réforme des statuts qui généraliserait à toutes
les disciplines ce qui se passe en langues vivantes.

PDF - 72.4 ko
art-langues_vivantes

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr