SNFOLC

Langues vivantes : Contrôle en cours d’année au baccalauréat - SNFOLC 26 septembre 2013

26 septembre 2013

vendredi 27 septembre 2013, par Corinne Masino

Contrôle en cours d’année au baccalauréat en langues vivantes
Ignorer la question ne résout pas le problème !


Montreuil, le 26 septembre 2013

Lors du Conseil Supérieur de l’Education du 19 septembre dernier Force Ouvrière a réaffirmé que le problème essentiel pour le baccalauréat en langues vivantes réside dans le maintien du CCA.

A la suite de notre intervention la plupart des organisations syndicales ont pris la parole et ont confirmé que le CCA posait de multiples problèmes.

Pour Force Ouvrière le dossier du CCA en langues doit donc être ré-ouvert d’urgence. Cela fait des mois que nous demandons à pouvoir discuter de cette question avec le ministère.

Les questions posées sont aussi simples qu’essentielles : le CCA remet en cause l’anonymat des épreuves ainsi que leur caractère national puisque les élèves sont interrogés par des enseignants du lycée et même par leurs propres enseignants et qu’il n’y a pas d’épreuve définie nationalement.

Il est source de désorganisation permanente puisqu’il se fait sur le temps de cours, ce alors que l’horaire hebdomadaire est déjà réduit à 2 heures : l’épreuve d’expression orale dure 20 minutes pour chaque élève et celle de compréhension mobilise un temps équivalent.
Les enseignants sont concepteurs des sujets et interrogent sur ceux-ci. La conception prend des heures et des heures. Ils ne sont nullement rémunérés ni pour la conception des sujets, ni pour le passage des épreuves.

On ne peut évidemment opposer à l’organisation d’épreuves anonymes le fait qu’elles supprimeraient des cours puisque c’est déjà le cas, et que le ministère, en maintenant les modalités actuelles, en renvoie la responsabilité sur les enseignants et les personnels de direction.

Demander la réouverture du dossier ce n’est pas demander le retour au lycée napoléonien...

Affirmer son attachement au baccalauréat comme examen national anonyme serait-il passéiste ? Toujours moins de règles nationales, une éducation territorialisée, des diplômes maison, ce serait la modernité ?

Ce n’est pas l’idée que nous nous faisons du progrès !

Le rejet des modalités des épreuves de langues décidées par M.Chatel, maintenues aujourd’hui par M.Peillon a quasiment fait l’unanimité.
On comprend d’autant moins que la réponse du ministère soit en substance le refus de poser la question.

Le problème demeure, et il ne manquera pas de surgir à nouveau !

LV_communique SNFOLC _26sept13

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr