SNFOLC

La priorité en cette rentrée, c’est le réemploi pour tous les contractuels. Communiqué SNFOLC 4 septembre 2014

4 septembre 2014

vendredi 5 septembre 2014

Rentrée 2014
L’essentiel des revendications des personnels contractuels ne sont pas satisfaites


La priorité en cette rentrée, c’est le réemploi pour tous les contractuels. Alors que partout, dans de multiples disciplines, de très nombreux besoins ne sont pas comblés dans les établissements, comment comprendre que des centaines et des centaines de contractuels soient dans l’attente lancinante d’une affectation dans un lycée ou un collège ?

Autre point inacceptable : en dépit des annonces ministérielles du début d’année, aucune amélioration concernant une grille indiciaire et des règles d’avancement enfin nationales ne s’est concrétisée. Académie par académie, les pratiques inégalitaires se poursuivent en matière de classement, de salaires et d’avancement. Des différences substantielles ont été mises en évidence dans un rapport récent de l’inspection générale : on n’ira pas soupçonner l’institution elle-même de donner une version exagérée des faits en la matière...

A qualification et ancienneté égales, un même contractuel n’est pas traité de façon égale à Créteil, Limoges ou ailleurs. Des mesures d’harmonisation immédiates vers le haut sont indispensables, FO l’a réaffirmé lors des groupes de travail ministériels de l’hiver dernier consacrés aux non-titulaires : pour eux comme pour les titulaires de la fonction publique, FO demande 8 % d’augmentation immédiate pour rattraper la perte subie depuis 2010 et 50 points d’indice supplémentaires pour tous.

En matière de reclassement, FO prend acte de l’avancée que constitue la levée de la règle du butoir qui bridait tout reclassement digne de ce nom pour les ex contractuels enseignants. La publication du décret amendé est attendue avec effet au 1er septembre. FO informera précisément les personnels concernés.
Rappelons toutefois que la mesure négative accompagnant ce progrès est la suppression de la prime d’entrée dans le métier de 1 500 € pour les ex contractuels, contre laquelle a voté FO lors du Comité Technique Ministériel du 9 juillet dernier - le cadre de la transaction restant celui d’une austérité persistante qui entrave toute possibilité d’amélioration franche, y compris dans un champ strictement catégoriel.

Concernant les concours réservés, le ministère doit prendre les mesures indispensables pour que les 10 000 titularisations annoncées au moment de leur mise en œuvre initiale soient effectives à l’issue du plan. Un tiers des postes offerts à la session 2014 n’ont pas été pourvus. Ce serait là le fait de contractuels inaptes et peu motivés ? Un rapport parlementaire daté de juillet dernier sur la mise en œuvre de la loi Sauvadet affirme que le ministère a « joué le jeu », et cherche à convaincre de ce que cela résulterait d’un « désintérêt de certains agents pour la titularisation » en raison d’une perte de revenus mais encore d’un « refus des contraintes du statut ».

Rappelons que FO n’a pas validé ce parcours d’obstacles, véritable repoussoir autant que machine à exclure. Un simple examen professionnel aurait constitué la garantie d’une véritable volonté ministérielle de résorber la précarité dans l’enseignement. Mais les difficultés rencontrées en matière d’éligibilité, d’organisation des concours et d’affectation des lauréats produisent des effets objectivement catastrophiques. Il reste deux sessions pour y remédier, c’est la responsabilité du ministère que d’y parvenir, en aucun cas celle des contractuels.

En cette rentrée particulièrement difficile pour les personnels, tant sur le plan des conditions de travail que sur celui des salaires et des perspectives générales, le SNFOLC invite ses sections à informer les contractuels, à les réunir pour faire valoir leurs revendications à tous les niveaux – établissements, rectorats, ministère, à les convaincre de renforcer en retour le syndicat qui les défend et œuvre à la conquête de leurs droits par leur syndicalisation et leur vote lors du scrutin professionnel de l’automne prochain.

FO défendra les revendications des contractuels lors de sa prochaine rencontre avec la ministre.

PDF - 46.7 ko
contractuels_comm_SN FOLC_4_sept_2014

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr