La médecine de prévention et Hygiène et Sécurité des laboratoires :

jeudi 29 avril 2010, par Claude Singer


FO a demandé que ce qui a été obtenu à Paris lors du CHS soit appliqué puis généralisé dans les autres départements, à savoir :
- Une visite médicale avec un bilan sanguin complet pour le personnel de laboratoire ainsi que pour les enseignants de EPS, de biologie, de Sciences Physiques (nouvellement inclus dans ce dispositif de prévention),
- La mise aux normes de sécurité des laboratoires,
- la fourniture de tous les équipements nécessaires pour une meilleure protection collective et individuelle (blouses, gants, lunettes, masques spéciaux pour les produits dangereux dégageant des vapeurs toxiques),
- La mise en place d’un registre hygiène et sécurité devant être tenu à disposition des personnels et des usagers ainsi que d’un registre pour les dangers graves et imminents.

FO demande aussi :
- Le ramassage du mercure (thermomètres et stock) par des spécialistes, sachant que dans certains établissements on peut trouver jusqu’a 10 kg de mercure !
- Des stages obligatoires pour une meilleure gestion et stockage des déchets,
- La publication et l’ actualisation de la liste des produits interdits (liste déjà était publiée en décembre 1994 mais abrogée),
- Une visite de sécurité dans les laboratoires avec l’inspecteur Hygiène et Sécurité du rectorat afin de vérifier la conformité.
FO a souligné aussi que le remplacement du matériel (hottes, filtres, évacuation des déchets) ne doit pas être pris sur les crédits pédagogiques.

FO a signalé également un certains nombre de disfonctionnements contraires à l’hygiène et à la sécurité dans des établissements scolaires :
-  Certains établissements procèdent à l’opération de fumigation sans aucune mesure de sécurité ni respect de l’arrêté du 13 août 1996 fixant les mesures techniques de prévention (notamment de confinement) à mettre en oeuvre dans les laboratoires d’enseignement où les personnels sont susceptibles d’être exposés à des agents biologiques pathogènes. En effet la fumigation consiste à produire des fumées et vapeurs désinfectantes ou toxiques en utilisant soit du Cyanogène (C2N2), du Formaldéhyde, du Gluteraldéhyde, du Bromure de Méthyle ou d’autres composés très toxiques. Pour procéder à cette opération il faut tout d’abord que l’ensemble des locaux puisse être fermé hermétiquement. Les fenêtres doivent être fermées, scellées et équipées de joints étanches. Ce qui est loin d’être le cas pour ces établissements. Aussi bien FO demande l’interdiction pure et simple de ces opérations.

- Un grand lycée de Saint-Étienne avec classes prépas ne possède ni armoire ventilée ni hotte aspirante. Suite à la demande des personnels de laboratoire, il y a eu la visite de l’inspecteur du travail en février 2008. Il a constaté le non-respect de la réglementation et l’exposition de tous les personnels ainsi que de tous les intervenants aux laboratoires à un danger pour leur santé. Il a fait un rapport pour demander au proviseur de faire le nécessaire. Malheureusement à ce jour rien n’est fait.

- Dans un autre lycée parisien un ACMO est passé au lycée l’année dernière et a relevé les anomalies suivantes :
- La hotte ne marche pas et son clapet est hors d’usage : il reste toujours ouvert ! Ainsi les vapeurs s’échappent dans la salle-même où manipulent et les élèves et le personnel.
- L’armoire ventilée n’a pas de filtre.
Plusieurs demandes faites par les collègues auprès de leur administration pour changer les filtres des armoires ventilées et pour améliorer leurs conditions de travail sont restées sans réponses.

- Dans un lycée de l’Académie de Lyon un collègue est atteint de la mononucléose infectieuse (maladie provoquée par le virus Epstein Barr). Par ailleurs, ce virus est en cause dans l’apparition du lymphome de Burkitt, un type de cancer qui se forme dans les globules blancs. Une personne infectée est contagieuse à partir du moment où elle est infectée. Elle l’est donc durant la période d’incubation. Une fois guérie, la personne demeure contagieuse durant plusieurs mois. Le collègue, soucieux de la santé d’autru,i a demandé à son chef d’établissement et au rectorat si une visite médicale a été prévue pour lui avant de reprendre son travail. La réponse a été négative.
On ne veut pas être alarmiste. On rappelle simplement l’importance de recevoir des visites systématiques après une maladie contagieuse : l’ignorance pourrait être un grand danger pour la santé de tous.

Ministère  : « On est très attentif à tous les sujets que vous avez exposés. Concernant les cas que vous avez évoqués laissez-nous les dossiers ou bien faites nous un mail afin que nous puissions les traiter. Un plan annuel de prévention va sortir prochainement qui va répondre à toutes vos questions sur l’hygiène, la sécurité et la médecine de prévention. Vous y trouverez aussi la liste des produits interdits à la manipulation ».


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr