communiqué du SNFOLC

LYCEE : ARRETEZ LE MASSACRE !

1er juin 2011

vendredi 3 juin 2011


La réforme du lycée reflète, en cette fin d’année scolaire, l’ampleur des dégâts provoqués par la politique scolaire du gouvernement.

En classe de seconde, les « enseignements de détermination » n’ont servi qu’à une dénaturation disciplinaire généralisée. Le témoignage de nombreux professeurs fait état d’une incompréhension des élèves et des familles face à une structure perçue comme inutile ou absurde parce que déconnectée des autres disciplines, dépourvue d’évaluation et sans finalité perceptible. La supercherie consistant à présenter un tel dispositif comme un ensemble d’heures d’enseignement ne sert qu’à masquer la baisse systématique des heures et des postes à laquelle se consacre expressément le ministère de l’Education, dans le cadre du non remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.

Il en va de même pour l’ « accompagnement personnalisé », dépourvu de toute personnalisation, de toute homogénéité nationale, de véritables contenu et efficacité pédagogiques. L’accompagnement personnalisé et les enseignements de détermination, en outre, ont tous deux contribué à la dilution du groupe classe et à la désorganisation des enseignements. Ils constituent une cause évidente de l’absentéisme scolaire.

On est en droit de se demander ce que deviendront les classes de première, où la « réforme » sera mise en place dès l’année scolaire 2011/2012… La multiplication probable, et d’ores et déjà attestée, d’une multitude de dispositifs relatifs aux enseignements de spécialité, ne fera qu’accroître les disparités au sein des établissements, dans le cadre d’une déréglementation imposée au prétexte d’autonomie. Enfin, il est évident que la « réforme » aboutira, dès la classe de première, puis en terminale, à la suppression des heures de première chaire, suppression qui avait mis dans la rue à plusieurs reprises, des dizaines de milliers de professeurs au cours des années scolaires précédentes.

Le SNFOLC demande qu’il soit mis un terme à ces errements qui ne constituent, une fois de plus, qu’une attaque contre le statut des professeurs, contre la transmission des savoirs et, en définitive, contre l’Ecole dans son ensemble. Le SNFOLC demande l’abrogation du dispositif, le maintien des séries en classe de première et le retour à la table de négociation. Le gouvernement aurait tort de croire que les professeurs le laisseront impunément poursuivre le massacre du Lycée.

PDF - 168.4 ko
réforme lycées

P.-S.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr