Communiqué du SNFOLC

Installation du comité stratégique des langues. Objectif avoué par le ministre : « Refondre l’enseignement des langues » !

11 avril 2011

vendredi 15 avril 2011

Communiqué langues vivantes

Installation du comité stratégique des langues :
Object if avoué par le ministre : « refondre l’enseignement des langues » !


Luc Chatel a annoncé qu’il veut « gagner l’opinion publique à la cause du plurilinguisme » en installant, le 5
avril, le « comité stratégique des langues ». Ce dernier doit aller très vite, la lettre de mission précisant que les
propositions du rapport définitif, fin 2011, doivent être mises en application pour la rentrée 2012.
L’objectif du ministre est de « refondre l’enseignement des langues »

Que faut-il comprendre ?

S’agit-il de redonner les moyens aux enseignants d’enseigner les langues vivantes ?
La réforme du lycée a encore confirmé la baisse de l’horaire de langues vivantes, supprimé la distinction entre
langue vivante 1 et langue vivante 2, renforcé la mise en place des groupes de compétences et généralisé le
tronc commun en classe de première. Les effectifs des classes de langues vivantes sont alourdies, les groupes
bannis.

La première mesure à prendre pour rétablir des conditions d’enseignement correctes pour les élèves n’est-elle
pas de rétablir les horaires d’enseignement et les groupes allégés ?

Ce n’est pas à l’évidence la voie vers laquelle se dirige le ministre.
Pour Luc Chatel, l’acquisition et la maîtrise des langues passeront par « d’éventuelles modifications de la
répartition du volume horaire à chaque niveau afin de gagner en efficacité »
. Faut-il encore s’attendre à des
diminutions d’horaires d’enseignement disciplinaire ? C’est en tout cas une option.

Les moyens envisagés sont les suivants : visioconférence, renforcement du cadre européen des langues,
utilisation de l’outil numérique, développement des stages de langues pendant les vacances, aide pédagogique.

Le renforcement de l’enseignement des langues vivantes ne passerait donc pas par un recrutement
supplémentaire de professeurs, mais au contraire par la substitution partielle de l’enseignement virtuel à
l’enseignement dit par des enseignants qualifiés.

De plus les moyens envisagés permettraient d’externaliser l’enseignement des langues.

Le ministre affirme que puisque « nos jeunes enseignants parlent désormais davantage l’anglais, ils peuvent
l’enseigner »
…(conférence de presse du 4.04.2011). C’est nier la qualification nécessaire pour enseigner
l’anglais comme pour toutes les disciplines, c’est clairement se demander que vont devenir les autres langues ?

Comment ne pas voir derrière les déclarations ministérielles des intentions qui ont peu à voir avec la
préoccupation d’élever le niveau en langue vivante des jeunes générations mais beaucoup avec la poursuite
d’une politique de suppression de postes et de remise en cause de la qualification et du statut des professeurs
dont les diverses réformes sont un outil ?

La défense des postes, du statut et de la qualification des professeurs, de l’existence des disciplines est plus
que jamais d’actualité.

Alors que les conditions de la rentrée 2011 s’avèrent insupportables, le SNFOLC confirme ses propositions
adressées à toutes les organisations syndicales : grève et montée nationale au ministère. Il propose aux
personnels de se saisir de cette proposition et de tenir des assemblées générales dans les établissements pour
en décider.

Communiqué Langues vivantes

P.-S.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr