SNFOLC

INTER 2014 : barres PROVISOIRES 24 février et déclaration ouverture 5 mars 2014 + calendrier examen des disciplines

26 février et 5 mars 2014

mercredi 5 mars 2014, par Corinne Masino

Barres PROVISOIRES du 24 février 2014. Elles sont indicatives et
seront retouchées avant et lors des commissions d’affectation.
Les barres définitives seront mises en ligne sur ce site.

Déclaration commune FNEC-FP-FO, SNETAA-FO, SNFOLC.


PDF - 27.9 ko
Barres_provisoires INTER_24-02-2014

DECLARATION COMMUNE (OUVERTURE FPMN 5 MARS 2014)
FNEC-FP-FO, SNETAA-FO, SNFOLC

Situation générale

Le 21 février dernier, les confédérations FO, CGT, la FSU et Solidaires ont appelé l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser dans la grève interprofessionnelle le 18 mars prochain pour l’augmentation des salaires, l’emploi, la défense des services publics et de la protection sociale. Elles s’opposent au transfert des cotisations familiales sur les ménages et aux 50 milliards de coupes prévues par le pacte de responsabilité. Nous appelons les personnels à participer massivement à la grève et aux manifestations interprofessionnelles.

Pour toute la Fonction publique, l’urgence en termes de rémunération, c’est la revalorisation du point d’indice gelé pour la 4e année consécutive. Bien entendu, cela est incompatible avec toute mesure qui irait dans le sens d’un gel de l’avancement de carrière…

Le ministre a présenté un projet de refonte des obligations de service des enseignants du second degré. Derrière la formule de la « reconnaissance des missions » c’est bien :

  • - un alourdissement de leur charge de travail : La référence au cadre réglementaire applicable à la Fonction publique (1607h) ouvre la voie pour imposer un temps de présence allongé et rendre obligatoires des missions hors enseignement aujourd’hui facultatives. Les enseignants seraient soumis à une pression locale accrue, avec la mise en place des lettres de mission pour accéder au paiement de certaines indemnités. : or ce qui n’était pas acceptable avec le dispositif ECLAIR de Châtel ne l’est pas plus aujourd’hui.
  • - La définition d’un même cadre de missions pour les certifiés, agrégés, PEPS comme pour les PLP fait un pas vers un corps unique
  • - La rémunération des CCF en lycée professionnel serait supprimée, au profit d’une autre indemnité dont les bénéficiaires seraient moins nombreux
  • - Les décharges de service seraient quasiment toutes supprimées et remplacées par un calcul sur la base de pondérations, se traduisant par une baisse de rémunération pour nombre de collègues, etc.

Accepter ce projet serait accepter un marché de dupes.

Le ministre a parlé d’un « accord historique sur l’évolution du métier d’enseignant ». Force Ouvrière n’a signé ou donné aucun accord. En tout état de cause les collègues jugeront !

Il n’y a pas si longtemps nos collègues de classes préparatoires se sont mis en grève pour obtenir le retrait de ce projet.

La politique d’austérité du gouvernement se décline également dans l’Education nationale par des dotations insuffisantes pour stopper la dégradation. De nombreux établissements se sont mobilisés, y compris par la grève. Dans les Hauts-de-Seine, les établissements en grève pour une augmentation significative de la DGH départementale se sont rendus à plusieurs reprises au ministère. Or, à ce jour, aucune réponse ne leur a été apportée.

Phase inter-académique du MNGD 2014

Cette année encore, les candidats à mutation (participants obligatoires ou non) ont été contraints de faire leur mutation à l’aveugle, les capacités d’accueil n’étant pas connues, et en deux temps. Nous observons également que les lauréats du concours réservé ne sont pas tous maintenus dans leur académie d’origine mais mutés ailleurs.

La phase intra-académique du MNGD sera très difficile pour bon nombre de collègues au vu du grand nombre de postes bloqués. La masterisation des concours, et le blocage de supports stagiaires au niveau des académies, ont déjà contribué à rendre plus difficile toute mutation dans le cadre du mouvement intra.

Par ailleurs, de nombreux changements sont intervenus dans la note de service ministérielle parue au BO du 7 novembre, entre autres l’augmentation des points liés aux années de séparation, une bonification de 200 points pour les rapprochements de conjoints situés dans deux académies différentes. Nous rappelons que le principal obstacle que rencontrent les collègues désireux de muter (ou participants obligatoires) ce sont les capacités d’accueil académiques insuffisantes.

Force est de constater que la seule conséquence des changements des points constitutifs du barème n’est pas une augmentation significative du nombre de collègues satisfaits, mais l’augmentation des barres. Prenons l’exemple des SVT : au projet, les barres provisoires sont établies à 128 pour Paris (contre 71 l’an passé), 288 pour Aix-Marseille (contre 171,2 l’an passé), 571,2 pour Bordeaux (contre 286 l’an passé). Nombreuses sont les disciplines qui, au projet, continuent à présenter des barres extrêmement élevées : en espagnol, 16 académies au-dessus de 200 points ; 12 académies en anglais ; 19 pour les CPE ; voire 24 académies en Technologie !

Pour les PLP en Lettres-Anglais, seules 4 capacités offertes sur Montpellier. Est-ce pour correspondre aux 4 stagiaires ? mais 28 contractuels toujours en poste dans l’académie.
A Lille 5 contractuels reçus au concours réservé en Lettres-Espagnol, seuls 3 rentrent sur l’académie.

Du point de vue des nouveaux entrants dans les académies, en l’état actuel, et pour ne prendre que l’exemple des disciplines STI, nous notons qu’en L1411, 17 académies sont à zéro, 15 académies à 1.
Déjà l’an passé, sur les 17869 candidats à mutation, moins de la moitié ont obtenu satisfaction.

L’annonce du projet des candidats à mutation, réalisée par la cellule info-mobilité, ne saurait figer le mouvement. Des changements, rectifications, et des capacités supplémentaires doivent pouvoir donner lieu à toutes les améliorations.

C’est pourquoi FO demande :

  • - Que les capacités d’accueil soient adaptées pour permettre l’entrée des lauréats d’un concours réservé ou interne surtout quand ils sont premiers non-entrants dans une académie.
  • - Qu’il y ait au moins une capacité d’accueil là où il n’en existe pas.
  • - A quand la réelle prise en compte de ces problèmes et l’ouverture de négociations salariales avec l’ensemble des syndicats représentatifs ?

Les collègues ayant confié leur dossier au SNFOLC seront prévus de leur résultat, par téléphone, et par courrier.

Les nouvelles barres seront mises en ligne sur notre site.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr