FNEC-FP-FO

Grèce : la FNEC FP FO répond à l’appel à la solidarité de OLME. 16 septembre 2013

16 septembre 2013

mardi 17 septembre 2013


Le syndicat OLME des enseignants grecs du 2d degré vient de s’adresser à l’Internationale de l’Education et à tous les syndicats qui lui sont affiliés.

La situation s’aggrave en Grèce. Les assemblées générales des syndicats d’OLME qui se sont tenues les 4 et 5 septembre ont décidé majoritairement la grève à compter du 16 septembre et toute la Fonction publique sera en grève les 18 et 19 septembre.

Dans son message du 10 septembre, OLME en explique les raisons :
« La situation des écoles publiques est dramatique :

  • Il y a 16 000 professeurs en moins dans l’enseignement secondaire, soit 20 %, depuis juin 2013.
  • 102 Écoles d’Enseignement professionnel ferment
  • 2500 Professeurs d’Enseignement professionnel sont suspendus avant d’être renvoyés.
  • En 2009 la réduction des dépenses d’enseignement a été de 33 % et devrait atteindre 47 % en 2016.
  • 5000 professeurs ont été mutés d’office sur des postes d’administration et dans l’enseignement primaire.

Le gouvernement poursuit la privatisation d’une partie de l’Enseignement professionnel et introduit l’apprentissage pour faire travailler des mineurs, en lieu et place de l’enseignement.
OLME va créer un Fonds de Solidarité pour soutenir les professeurs en grève. Nous apprécierions votre aide. »

OLME appelle à la grève car « la rentrée ne peut se faire sans les collègues placés en disponibilité, mutés le pistolet sur la tempe par les transferts obligatoires, tandis que des milliers d’élèves sont jetés hors des classes. »

OLME appelle à la grève pour les nominations massives dans l’éducation, pour que « nos élèves de l’enseignement technique retournent à leur bureau, dans les spécialités qu’ils ont choisies ». « Le droit à un emploi stable et permanent est un droit pour tous ne doit pas être abrogé. Le gouvernement, l’Union européenne et le FMI n’ont pas à décider de nos vies. »

(voir aussi, ci-dessous, l’article du Monde)

La FNEC FP FO a décidé d’apporter tout son soutien à la grève décidée par les assemblées générales des ELME pour leurs revendications. 
Nous avons répondu à Themis Kotsifakis, président de OLME, lui- même victime des mesures de suspension que nous allions faire connaître à tous les syndicats de la fédération et à leurs membres les raisons de la grève et la situation dramatique dans laquelle le gouvernement grec et la troïka plonge les enseignants grecs et tous les salariés.
Nous avons saisi OLME des attaques de notre propre gouvernement contre nos statuts, nos salaires et nos retraites, au nom des décisions prises dans le cadre des traités et directives européens.

Nous avons informé OLME de la grève et des manifestations du 10 septembre, appelées par notre confédération avec la CGT, la FSU et Solidaires, contre la nouvelle réforme des retraites et l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

La FNEC FP FO s’est adressé de nouveau, à Fred van Leeuwen, Secrétaire général de Internationale de l’Education et à Martin Römer, directeur de l’IE-CSEE pour qu’ils lancent un appel d’urgence à tous les affiliés pour soutenir nos collègues d’OLME : « Plus que jamais il faut dire : stop à l’austérité, stop aux mesures contre les enseignants et tous les salariés, stop à la baisse des salaires, stop aux mesures contre les syndicats et contre les syndicalistes, stop aux mesures contre Themis Kotsifakis, le président d’OLME ! »

La FNEC FP FO va naturellement apporter un soutien financier à OLME. Le secrétariat fédéral invite les instances de tous ses syndicats à discuter de la solidarité et de la réponse à apporter à l’appel lancé par OLME.

Cordialement,
Hubert Raguin, secrétaire général

Versement au fonds de solidarité : <art38>

Dans la presse
Les fonctionnaires grecs en grève contre le plan de mutations et de licenciements
LE MONDE | 16.09.2013 à 11h45 Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance)

La date du lundi 16 septembre marque le début de la mobilisation sociale en Grèce contre le plan de réforme de la fonction publique. Celui-ci prévoit, d’ici à la fin de l’année, le licenciement de 4 000 fonctionnaires et la mise en disponibilité de 25 000 agents, dont 12 500 dès septembre. Les syndicats ont appelé toutes les administrations à une grève lundi et mardi.

Dans l’éducation, les enseignants du secondaire se sont prononcés pour une grève à durée indéterminée, moins d’une semaine après la rentrée scolaire. C’était le 11 septembre, et ce jour-là, dans le lycée technique de la calme banlieue athénienne d’Ymittos, la petite centaine d’élèves était tout à ses retrouvailles, écoutant d’une oreille distraite la traditionnelle bénédiction orthodoxe assurée par le prêtre de la paroisse du quartier. Mais c’est dans un silence complet que le public adolescent a ensuite accueilli au micro le professeur venu leur expliquer les raisons de la mobilisation des enseignants.

« Le gouvernement a déjà placé 2 200 professeurs du technique en disponibilité, annonce Margarita Marinou, professeur de mathématiques. Je ne lui fais absolument pas confiance quand il dit qu’il va s’arrêter là. Si la »troïka« leur en demande plus, ils vont en trouver plus, alors on doit se mobiliser pour montrer qu’on ne laissera rien passer ! »

L’ÉVALUATION, VÉRITABLE ENJEU DE LA RÉFORME

En juillet, le gouvernement a brutalement décidé de fermer des départements entiers de l’enseignement technique, notamment dans le secteur de la santé ou de l’esthétique. Ces deux filières faisaient le plein dans ce petit lycée. M. Maragakis, le principal de l’établissement depuis plus de six ans, s’est vu signifier du jour au lendemain sa mise en disponibilité. Depuis deux mois et pour un délai maximum de huit mois, il est payé à 75 % de son salaire. Ensuite, il sera soit muté à un autre poste, soit licencié. « J’ai passé ma vie à enseigner à mes enfants et à des générations d’élèves que si on travaille sérieusement et de manière éthique, on est récompensé, se désole-t-il. Je me sens ridicule aujourd’hui, vidé. » Il ne croit pas à son éventuel reclassement, car il doute des critères d’évaluation retenus par le ministère de la réforme administrative.

L’évaluation est le véritable enjeu de la réforme. Car si le gouvernement grec s’est engagé à mettre en disponibilité 25 000 agents d’ici à la fin de l’année, il s’est aussi engagé à en licencier 11 000 d’ici à la fin 2015. Et c’est par un processus d’évaluation que s’effectuera le choix entre ceux qui resteront et ceux qui partiront. Les objectifs chiffrés, imposés par les bailleurs de fonds du pays, ne sont pas négociables et doivent être tenus dans les délais.

LE CRITÈRE DU CONCOURS

Le temps manque donc pour mettre en place une évaluation des compétences. A défaut, le ministre de la réforme administrative, Kyriakos Mitsotakis, a retenu les conditions d’entrée dans la fonction publique comme critère principal d’évaluation, en privilégiant notamment les fonctionnaires recrutés par le concours de la fonction publique ASEP.

Cela inquiète particulièrement le personnel administratif des universités, prié de placer en disponibilité 1 500 agents d’ici à la fin de la semaine et en grève depuis plusieurs jours. « Le problème, c’est que la majorité de notre personnel n’est pas entré par l’ASEP. Pour certains d’entre eux, l’ASEP n’existait même pas ! Dans ces conditions, comment effectuer une évaluation juste ? », s’interroge Panayiotis Fotopoulos, le chef du personnel de l’université d’Athènes, où 500 personnes seraient potentiellement menacées. « Notre personnel est même certifié aux normes européennes ISO par l’organisme IQNet », précise encore M. Fotopoulos.

Quelle que soit l’ampleur des mouvements sociaux, le ministre Kyriakos Mitsotakis entend présenter aux experts de la « troïka » qui arrivent mardi à Athènes les listes nominatives des 12 500 personnes devant être mises en disponibilité d’ici à la fin du mois.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr