SNFOLC

GT mouvement Certifiés Agrégés 29ème base. Vérification des voeux et barèmes -22-01-2016

dimanche 24 janvier 2016


PDF - 108.6 ko

Tout d’abord, FORCE OUVRIERE tient à rappeler que, face à l’obstination de la ministre de l’Education nationale de ne pas répondre aux revendications des personnels, « l’intersyndicale (le SNES-FSU, le SNEP-FSU, le SNFOLC, le SNETAA-FO, le SFSDPEPFO, la CGT, la CGT enseignement privé, le SNALC, le SNCL-FAEN, le SIES-FAEN, la CFE-CGC, le SUNDEP-Solidaires et SUD Education) réunie le 5 janvier confirme son appel, lancé dès le 4 décembre, pour la construction d’une grève nationale majoritaire le mardi 26 janvier 2016 pour
monter d’un cran dans la mobilisation. » L’intersyndicale appelle aussi les enseignants des lycées et collèges « à manifester le 26 janvier pour l’abrogation de la réforme du collège. » Ce même 26 janvier, les fédérations de
fonctionnaires FO, CGT, Solidaires appellent les agents des trois versants de la fonction publique à la grève pour l’augmentation du point d’indice, pour la défense du service public. Depuis cet appel national du 18 décembre, ce
sont aujourd’hui des dizaines d’appels départementaux intersyndicaux qui s’adressent aux fonctionnaires des trois versants de la Fonction publique dans le même sens. Les personnels ne veulent pas de la réforme du collège, ils
veulent l’augmentation immédiate des salaires.

Pour FORCE OUVRIERE, l’urgence ce sont bien les revendications.

Ainsi des candidats au mouvement inter sont lésés au barémage par la complexité de l’attribution des bonifications REP, ils demandent la prise en compte de l’année en cours, pour d’autres le litige porte sur la bonification de non limitrophie.

Les candidats RQTH obtiennent difficilement la bonification de 1000 points handicap qui est pourtant prévue dans l’article 60, les cas litigieux devraient pouvoir être soumis à l’arbitrage du médecin conseil du ministère.

En Polynésie un problème d’affichage des barèmes prive les candidats de leur vérification, et des éléments carrière manquent pour des stagiaires dans les documents préparatoires.

Quant au contenu du rapport de l’IGAENR, conduit par M. Jean Michel ALFANDARI et publié récemment, FORCE OUVRIERE s’interroge sur les intentions du ministère. Entre autres préconisations : calibrage académique des postes au concours, révision des modalités d’affectation des personnels enseignants par la prise en compte d’objectifs pédagogiques (prélude à un recrutement local, établissement par établissement ?), accentuation du caractère déconcentré du mouvement avec davantage de marges de manoeuvre pour les différents rectorats, définition d’obligations règlementaires de service selon le type d’établissement pour les agrégés (18h en collège, 15h en lycée) ce qui constituerait une grave remise en cause du principe des ORS définies nationalement par corps… Pour FORCE OUVRIERE, suivre ces préconisations, ce serait ouvrir la voie à la remise en cause du caractère national des statuts, des concours, des affectations. Ce serait adapter le mouvement national des personnels à la loi Peillon de refondation-territorialisation de l’école de 2013, à la réforme territoriale.

Pour tous les personnels enseignants nous revendiquons l’augmentation des postes pour diminuer significativement les effectifs dans les classes. Or la réalité est toute autre : postes aux concours en nombre insuffisant, emplois budgétaires (ETP) annoncés mais non pourvus !

Dans ce groupe de travail, nous examinons les voeux et barèmes de 532 candidats Certifiés, Agrégés, relevant de la 29e base demandant la réintégration soit sur leur académie d’origine, soit en participant au mouvement inter académique 2016.

Or, dans l’accusé de réception le choix à cocher entre « réintégration conditionnelle » et « réintégration non conditionnelle » n’est pas explicité, et peut poser problème aux candidats relevant de la 29e base. Il serait nécessaire de clarifier aussi ces options dans la note de service mouvement. Il s’en suit que certains candidats figurent dans le cahier, mais pas le listing informatique.

Je vous remercie de votre attention, et des réponses que vous pourrez apporter.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr