Après la diminution des heures de cours en lycée, ce sont des programmes allégés et des enseignements d’exploration présentés au CSE du 31 mars et 1er avril.

FO vote contre les programmes allégés et les enseignements d’exploration au CSE

dimanche 4 avril 2010

Le ministre Chatel dans sa frénésie de réformes a mis en consultation les nouveaux programmes de seconde. Elle s’est terminée le 12 mars. Dès le 19 mars, le ministère envoyait aux organisations syndicales pour examen à la Commission spécialisée des Lycées, le 24 mars, les nouveaux programmes de seconde pour la rentrée 2010 en cohérence avec la réforme du lycée ainsi que le nouveau programme de mathématique en 1ères et terminales pour les rentrées 2010 et 2011.
Ces textes ont été présentés au CSE du 31 mars et 1er avril.


La Confédération FO a voté contre car ces programmes obéissent à la logique de la réforme Chatel : autonomie des établissements, « guerre » des disciplines, des horaires, mise en place de l’accompagnement personnalisé, bref toute la logique de la contre-réforme qui met à bas disciplines et statut.

Ce sont donc, comme de nombreuses associations de spécialistes et les sociétés savantes l’ont exprimé, des programmes amputés qui ont été présentés.

Le SNFOLC demande le retrait de la réforme des lycées et des nouveaux programmes qui lui sont liés. Les disciplines, les programmes, les professeurs, doivent pouvoir transmettre les connaissances indispensables aux élèves.

Prenons, par exemple, le programme d’histoire-géographie. Force est de constater qu’on retrouve la fragmentation des connaissances que les programmes du socle commun (en vigueur depuis la rentrée 2009) privilégient en collège.
En histoire, les élèves seraient immergés d’emblée dans un thème qui, en 7 à 8 heures, doit leur présenter le « peuplement de la Terre » de l’Antiquité au XIXème siècle. Les heures suivantes, les voici de retour dans l’Antiquité grecque et romaine, et de thèmes en thèmes, ils parviendraient à boucler la boucle, si le professeur réussit à finir le programme qui se termine en 1848 ! Pour tous, professeurs et élèves, c’est une chronologie torturée qui est proposée.

En géographie, le programme est, comme en 5ème, entièrement conçu à partir d’un concept, « le développement durable ». Il est tourné vers l’utilitaire : l’« enjeu énergétique », la « nouvelle frontière » des mondes arctiques, aux dépens d’autres espaces (montagnes notamment), qui ont disparu du programme. Alors qu’en collège, toute étude des formes de relief et des climats a pratiquement disparu, si ce n’est à travers un des thèmes du programme de 6ème « habiter des espaces à forte contraintes » pour lequel les élèves doivent pouvoir « « localiser et situer » les grands ensembles de relief et les principales zones climatiques de la planète », les élèves se retrouvent en lycée désarmés.
Le programme d’enseignement de création et activités artistiques en classe de seconde générale et technologique introduit des enjeux et objectifs qui prévoient de dépasser le cadre traditionnel des disciplines…

En mathématiques les programmes de la classe de première pour 2010-2011 et ceux de la classe de terminale pour l’année 2011-2012 sont modifiés. Ces modifications concernent les séries ES et S pour assurer la continuité avec le programme de seconde entré en application à la rentrée 2009.

Si ces modifications comportent peu de retrait de chapitres figurant aux programmes actuellement en vigueur (en première S le chapitre sur les généralités sur les fonctions est supprimé, la géométrie dans l’espace est reportée en terminale et l’étude des sections planes de surfaces en enseignement de spécialité en terminale S disparaît), ces programmes transitoires sont une sorte de répétition générale des programmes que le ministère entend mettre en œuvre dans le cadre de la réforme du lycée dès la rentrée 2011 pour les classes de première et dès la rentrée 2012 pour les classes de terminales. C’est la manière d’enseigner les mathématiques qui est modifiée : la plupart des notions abordées doit être mises en œuvre à l’aide d’algorithme, leur introduction peut relever d’une démarche expérimentale. En bref c’est rompre avec la logique du raisonnement hypothéco-déductif et transformer l’enseignement des mathématiques au lycée en une discipline expérimentale. Le groupe d’experts chargés de l’élaboration des futurs programmes a déjà fait part de son intention d’instaurer une épreuve expérimentale en terminale S. Les professeurs qui essuient cette année les plâtres du nouveau programme de seconde en font le constat : l’algorithmique - ou du moins les activités faites sous couvert d’algorithmique – mobilise un nombre très important d’heures au détriment de l’apprentissage des notions nouvelles.

Les personnels ont manifesté leur volonté en exigeant le retrait de la réforme Chatel, ils se sont mobilisés dans la grève nationale du 12 mars. Le ministre doit recevoir les organisations syndicales porteuses de ces revendications. Il n’est pas trop tard pour éviter l’irréparable.

P.-S.

Communiqué de presse Montreuil, le 2 avril 2010


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr