Editorial du journal SNFOLC

Editorial d’Edith Bouratchik, secrétaire générale du SNFOLC - Journal n° 419 - Juin 2017

10 juin 2017

samedi 10 juin 2017


PDF - 128.8 ko

Il n’y a aucune raison de penser que la loi Travail n° 2 serait plus acceptable en juin 2017 que ne l’était sa première version en juin 2016. Les fuites publiées le 7 juin 2017 dans le journal Libération sur les projets de la nouvelle ministre du travail ainsi que les déclarations du Premier ministre justifient l’opposition de Jean-Claude Mailly sur Europe 1 : « Halte au feu ! Si c’est ce que le gouvernement veut faire, la concertation va tourner court » ajoutant
« une fin de non recevoir » à la négociation du contrat de travail au sein de l’entreprise.

L’inversion de la hiérarchie des normes que ce soit dans le privé ou dansle public avec un niveau de négociations au plus petit échelon, c’est aussi ce qui menace la Fonction publique.



L’ensemble des décrets sortis à la dernière minute par la ministre Vallaud- Belkacem sur les nouvelles grilles indiciaires, l’évaluation des personnels, l’accompagnement forcé « à la demande de l’institution » mettent toutes et tous dans une situation inacceptable où tout serait négocié rectorat par rectorat, établissement par établissement. L’inversion de la hiérarchie des normes en route partout ?

Certains en rêvent, au nom de l’autonomie des établissements, au nom d’une gestion plus souple, plus proche des « acteurs » d’un temps de présence et d’un temps de travail négociés collège par collège, lycée par lycée. Ce serait redéfinir le statut général et les statuts particuliers.
Pour FO, c’est inacceptable.



Lors de l’audience auprès du nouveau ministre de l’Education nationale, le 24 mai, FO l’a dit clairement : assez des contre-réformes qui mettent en danger professeurs, CPE, COP !


Le SNFOLC a demandé audience au nouveau ministre : nos mandats n’ont pas changé, les revendications des personnels n’ont pas varié. Des mesures de sauvegarde doivent être prises de toute urgence pour que les personnels retrouvent la sérénité, la confiance dont ils ont besoin tous les jours pour exercer leurs missions.

Les conditions d’exercice sont de plus en plus difficiles.
Les personnels l’ont constaté et le dernier rapport de la Cour des comptes le confirme : de 2012 à 2016, 13, 5% des postes d’enseignants prévus dans loi de finances n’ont pas été pourvus.

Les seuls effectifs qui ont augmenté, ce sont ceux des élèves dans les classes !

Pour le SNFOLC, il est urgent de créer les postes nécessaires. Il est urgent d’arrêter le programme de fermetures à grande échelle de collèges.

Ne pas écouter, passer en force, n’est pas plus admissible dans l’Education
nationale que sur le nouveau volet de la loi Travail.

Preuve en est le nouveau décret sur les collèges, présenté le 8 juin au CSE : s’il desserre l’étau des EPI , il ne renforce pas moins l’autonomie (lire ci-contre la déclaration commune,initiée par FO, au Conseil Supérieur de l’Education du 8 juin 2017).

Preuve en est la remise en cause des droits collectifs et individuels prévus par le ministre de l’Action et des Comptes publics (ex ministère de la fonction publique) qui souhaiterait supprimer 120 000 fonctionnaires dont 20 000 dans l’Education nationale(hors enseignants), rétablir le jour de carence et bloquer le point d’indice pendant deux ans.



Hier, comme aujourd’hui, les personnels des collèges et des lycées peuvent compter sur FO pour défendre leurs revendications et les porter à tous les niveaux : conditions de travail, DNB, réforme du collège, décret Hamon, LSU, aucune de ces contre-réformes n’est acceptable. De la même façon, un baccalauréat revu et simplifié, un baccalauréat en contrôle continu, ce n’est pas garantir le premier grade universitaire et les épreuves ponctuelles,
nationales et anonymes.

Le SNFOLC ne s’inscrit pas dans la continuité des contre-réformes précédentes mais dans la continuité des revendications définies par son congrès. C’est là notre différence et la marque de notre indépendance.

Documents joints


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr