SNFOLC

EPS-UNSS Maintien de nos A.S. pour le maintien de notre statut ! Communiqué SNFOLC du 23 avril 2013

23 avril 2013

vendredi 26 avril 2013


Le désengagement de l’Etat se poursuit en matière de financement de sa fédération sportive, l’UNSS. La baisse de la subvention de l’Etat sera pour l’année 2013 de 430 000 € après avoir baissé de 538 000 € en 2012 et de 253 000 € en 2011. (La subvention globale de l’Etat est de 17.5 million cette année, elle couvre pour l’essentiel le recouvrement des salaires.)

Déjà, pour 2012-2013, les directeurs départementaux et régionaux ont dû faire des choix pour pouvoir maintenir l’activité de leur direction dont l’essentiel est réservé à l’organisation des championnats. Compte tenu de l’affaiblissement budgétaire, des journées promotionnelles ont été supprimées et les remboursements diminués pour couvrir, par exemple, l’augmentation du coût des transports.
Alors que globalement le budget de l’UNSS augmente, grâce à la part plus importante des A.S et des familles, l’augmentation des charges reste plus forte que les recettes et impose une modération des objectifs sportifs et éducatifs pour tous les acteurs de nos associations.

En effet, la mise en œuvre du contrat de licence obligatoire a étranglé les A.S. Le désengagement de l’Etat étrangle l’UNSS, cela ne peut pas durer !
Si l’UNSS implose, c’est notre forfait trois heures d’A.S et notre statut qui vont exploser !

Chaque jour qui passe voit les mesures d’économies et de restrictions budgétaires s’accumuler sur nos A.S.
La réforme du lycée maintenue, le projet de réforme Peillon, la mise en œuvre de la territorialisation ne peuvent que dégrader nos conditions de travail et fragiliser notre statut.

Pour ce qui est de nos A.S, ce n’est pas la mise en place du fonds de solidarité qui changera les choses. Ce fonds ne couvre pas les difficultés financières rencontrées par les 1600 A.S sur les 9500 existantes !
FO s’adresse à nouveau au ministre et au directeur de l’UNSS pour que cesse l’étranglement des A.S.

FO demande l’abondement du budget de l’UNSS à la hauteur des besoins et le rétablissement du contrat de licence individuelle, pour que soit garanti notre statut de P.EPS et l’avenir de l’UNSS.

Montreuil, le 23 avril 2013

==============================================

Maintien de nos A.S. pour le maintien de notre statut !

Montreuil, le 23 avril 2013.

La subvention de l’Etat diminue encore cette année de 430.000 € après avoir baissé de 538.000€ en 2012 et de 253.000 € en 2011 et la pression financière sur les AS est de plus en plus grande par la disparition de l’achat de licences individuelles.

Dans le cadre du projet de loi Peillon, notre statut est mis sur la sellette :

- le nouveau statut, préparé par le ministère, remettra-t-il en cause l’octroi du forfait 3 heures d’UNSS en le soumettant au nombre de licenciés, à l’élaboration d’un projet, ou tout simplement aux besoins d’heures en EPS de l’établissement ?

- le projet de loi Peillon prévoit un lien obligatoire entre le collège et l’école primaire : une part du service des P.EPS, aura-t-elle lieu en primaire ?

- La territorialisation prévue par le projet de loi Peillon, imposera-t-elle un conventionnement avec les collectivités locales ? C’est prévu dans les 100 propositions pour l’UNSS et par le projet de loi Peillon !

Pour toutes ces raisons, FO s’adresse au ministre pour lui demander de :

  • - maintenir le forfait 3 heures d’AS dans notre statut sans conditions,
  • - abonder le budget de l’UNSS afin de garantir le service public du sport scolaire,
  • - rétablir la licence individuelle afin de sauver les 1600 A.S en difficulté.

PDF - 156 ko
com-unss_eps-23-04-13

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr