Communiqué SNFOLC

Contre-réforme et suppression de postes : le recteur choisirait qui doit partir et qui peut rester au mépris des droits statutaires ! 24-02-2011

24 février 2011

jeudi 24 février 2011


Pour le SNFOLC c’est un dispositif d’ampleur que le ministre tente de mette en place dans le cadre de l’application de la réforme du lycée, de la réforme des STI-STL et de l’autonomie des établissements.

FO le rappelle : nous demandons l’abandon de cette réforme, nous avons voté contre lors du CTPM, les personnels n’en veulent pas.

Alors, par le biais des recteurs, le ministre voudrait passer en force et contourner les décrets statutaires de chacun des corps en instituant un droit pour les recteurs de recruter, de reconvertir, de supprimer les postes comme bon lui semble pour « réaliser les affectations des personnels au mieux des besoins des établissements et des compétences des enseignants » comme le précise le projet de circulaire de Montpellier.

Pour FO, les personnels ont passé un concours, ils ont une valence de recrutement, ils sont fonctionnaires d’Etat, ont des statuts et des missions définis dans leurs décrets statutaires.

Ils n’ont pas de compétences appréciables localement en fonction des besoins ou des marges « d’efficience à dégager ».
Les enseignants ont un statut défini par les décrets de 1950 : les services sont définis exclusivement en heures d’enseignement dans la discipline de recrutement. Malgré l’acharnement des ministres successifs à les déclarer obsolètes, ces décrets existent. FO en exige le respect.

Alors, le ministre essaie de contourner une réécriture globale des décrets en donnant tous les pouvoirs aux recteurs pour définir qui fait quoi, qui enseigne, qui est reconverti, qui n’y a pas droit, qui fera de la technologie…c’est le sens de la circulaire du recteur de Nantes sur la « redéfinition des missions et des emplois des enseignants de STI ». Seuls auraient le droit de rester sur leur poste les « enseignants impliqués dans la concertation, ceux qui sont engagés et motivés dans la conduite de la réforme STI »… avec une précision cynique supplémentaire : les collègues qui doivent prendre leur retraite dans les deux, trois ans iraient en GRETA ou en ZR pour faire des remplacements en STI ou en technologie….C’est donc le contournement de toutes les règles d’affectation et des décrets statutaires.

De la même façon, à Besançon, ne resteraient sur leur poste que les enseignants de STI « appelés à jouer un rôle moteur dans la mise en place de la réforme »…
Pour FO, les règles statutaires ne sont pas adaptables localement.

Les contre-réformes des STI-STL, des lycées, de l’autonomie, la dite expérimentation des établissements ECLAIR montrent leur vraie nature : suppressions de postes et recrutement au profil généralisé, mise à bas du statut !
Pour rester sur son poste, il faudrait montrer son intérêt et son implication dans la réalisation des réformes : ainsi, à Aix-Marseille, tous les postes des établissements ECLAIR et RAR vacants au mouvement feraient l’objet d’une affectation provisoire pour 2011. Est-ce pour pouvoir se séparer plus vite de l’enseignant, du CPE, qui ne donne pas satisfaction ? Seuls seraient affectés, à titre définitif, les personnels ayant eu un entretien préalable.

Pour FO, profilage des postes, entretiens préalable à l’embauche, adaptation des règles d’affectation, mépris du statut, reconversion forcée, découlent des contre-réformes et préfigurent les nouvelles règles du « pacte de carrière » Chatel : entretien de motivation, évaluation individuelle, point de carrière à 50 ans. Tout y est pour multiplier des zones de non droits statutaires dans les académies et les établissements.

FO appelle ses sections et syndicats à préparer et convoquer partout des assemblées générales dans les établissements et services pour établir les revendications en direction du ministre dont nous exigeons l’annulation des 16 000 suppressions de postes qui découlent des contre-réformes et le respect du statut et des décrets statutaires.

FO s’adresse au ministre pour que soit retirées immédiatement les dispositions prises par les recteurs sur consignes du ministre qui individualisent le recrutement, la carrière, le poste.

P.-S.

PDF - 167.2 ko
suppressions de postes

Documents joints


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr