communiqué du snfolc

Concours du second degré 2012 : des mesures d’urgence sont nécessaires Il faut pourvoir tous les postes mis au concours !

jeudi 24 mai 2012

jeudi 24 mai 2012


Pour FO qui a demandé audience au ministre sur les revendications urgentes de la rentrée 2012, la réforme de la masterisation est arrivée au bout de son incohérence.

Pour 2012, les chiffres sont analogues à ceux de 2011 : pour les 4847 postes offerts aux CAPES, 12 940 candidats étaient présents, 10 000 candidats de moins comme en 2011 pour le CAPES, 7653 candidats sont admissibles. Ce qui donne, par exemple, 92 admissibles pour 170 postes en lettres classiques, 95 admissibles pour 100 postes en éducation musicale 909 admissibles pour 733 en lettres modernes et 1193 pour 950 postes en mathématiques.

Rappelons qu’à la sortie des concours 2011, le gouvernement avait confisqué 20%des postes aux CAPES 2011 en les laissant vacants (plus de 1000 postes non pourvus par les concours 2011). 40% des postes aux CAPES de mathématiques avaient été laissés vacants en 2011, 58% en lettres classiques, 16,5% en anglais, 19% en lettres modernes….
Sur l’ensemble des concours enseignants du second degré 20 000 candidats en moins se sont présentés entre 2010 et 2011.

Si aujourd’hui, le nombre de candidats est historiquement si faible, le nombre d’admissibles en baisse drastique, le nombre de postes pourvus lui aussi en baisse alors que le nombre de postes mis au concours est en baisse, tout le monde comprend que c’est le résultat de la réforme de la mastérisation mise en place : les étudiants sont découragés devant la longueur des études à financer. Ils sont découragés face au temps plein imposé devant les classes et la faiblesse de la rémunération. Celle-ci n’est d’ailleurs qu’un avatar de la RGPP.

C’est un fait, confirmé par le rapport 2012 de la Cour de Comptes, la mastérisation avait d’abord pour objectif de permettre la suppression de postes. 18 202 ont été supprimés grâce à la suppression de l’année de formation comme stagiaire.
Il est essentiel d’abroger cette réforme dans les meilleurs délais et d’ouvrir des discussions.

Des mesures d’urgence s’imposent : elles sont simples.
Tous les postes doivent être pourvus ! Il faut ouvrir immédiatement des listes complémentaires, comme cela a été fait pour les CPE et comme c’est envisagé pour les professeurs des écoles.
Il faut dès cette rentrée abaissement significatif du temps de présence devant les élèves pour en revenir à une durée qui n’excède pas 6-8 h.

La solution ne peut résider dans le recrutement par Pôle emploi des futurs professeurs, comme à Paris, ni dans les financements régionaux comme le propose la région picarde (une bourse de 2500€ pour 200 étudiants avec un engagement de rester sur la région). Elle réside dans la proposition de revenir à un recrutement à Bac+3 et Bac+4 pour les certifiés et les agrégés et ainsi donner aux futurs enseignants des conditions humaines et sereines pour débuter leur carrière.

C’est en ce sens que FO interviendra auprès du ministre.

Montreuil, le 24 mai 2012

Documents joints


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr