Communiqué PHILOSOPHIE

2 décembre 2010

mardi 7 décembre 2010


Le SNFOLC, sur la base des informations rendue publiques par l’APPEP, porte à la connaissance des enseignants de toute discipline :

L’EXPERIMENTATION EN PHILOSOPHIE : UN REVELATEUR
DE LA DESTRUCTION DE LA STRUCTURE DE L’ENSEIGNEMENT EN DISCIPLINES ET EN CLASSES et donc de la remise en cause des statuts des professeurs.

L’entrevue de l’Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public (APPEP) avec le Ministère, au sujet de l’expérimentation de la présence des professeurs de philosophie en amont de la terminale, confirme les craintes que nous avions exprimées dans notre communiqué de presse du 16 novembre.

Le Ministère précise en effet que les professeurs de philosophie volontaires pour intervenir dans les séances d’ECJS, d’accompagnement personnalisé, de modules transdisciplinaires ne pourraient en aucun cas assurer à l’année la responsabilité des classes concernées.
Leur “ intervention ” devrait se limiter à environ 16 heures annuelles, modulables différemment d’un établissement à un autre, dans le cadre de l’autonomie de chacun d’entre eux. Ces heures ne pourraient donc être que des heures supplémentaires mais rémunérées en HSE, pourraient être groupées ou filées sur l’année…

Cette précision au sujet de la philosophie concerne donc toutes les autres disciplines : si les professeurs de philosophie n’assurent que 16 heures à l’année, cela signifie que les autres professeurs ne peuvent pas non plus prendre la classe à l’année.
Ainsi, pour un module “ littérature et société ” de 3h x 36 semaines, soit 108 heures annuelles : il pourra y avoir 3 “ intervenants ” : un enseignant de philosophie, un d’histoire, 1 de lettres…
Même chose pour l’ECJS partagée aussi avec des professeurs de SES, l’accompagnement personnalisé partagé avec n’importe quel professeur.
Le Ministère exige la garantie de “ transdisciplinarité ”. En clair il ne veut pas de “ détournement ” de ces heures pour assurer des enseignements disciplinaires !

Au cours de l’entrevue, il précise aussi qu’il faut oublier la notion de “ classe ”. Ainsi, il suggère de regrouper en terminale des élèves de STI et de STT pour constituer des “ groupes de compétences ” mixtes et refuse fermement d’accorder satisfaction à la demande de maintien du dédoublement réglementaire en terminale technique pour la philosophie, soutenue par 1100 professeurs signataires d’une pétition.

Ces annonces faites au sujet de la philosophie sont révélatrices de ce que cherche à imposer le Ministre à tous les enseignants et tous les élèves : la guerre à la structure disciplinaire et à la structure classe : un socle minimum régi avec programme et horaires nationaux et près d’un tiers des emplois du temps éclaté en une multitude d’activités proposées de façon variable par les établissements en fonction de leurs moyens en baisse constante.

A terme, il sera facile de faire disparaître les disciplines, les classes, puisque leurs contenus seront totalement dénaturés et discrédités.

C’est ce qui s’est passé pour les heures de soutien, d’aide individualisée, de “ vie de classe ”, de TPE en terminale. L’introduction de toutes ces formules “ innovantes ” ayant servi de prétexte à la diminution des heures d’enseignement réglementées par des horaires et programmes nationaux garantis à tous. Les enseignants peuvent donc juger sur pièce du contenu réel des annonces sur l’introduction de l’enseignement philosophie avant la terminale.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr