FNEC FP FO

Communiqué CSE redoublement - Conseil supérieur de l’éducation du 3 juillet 2014

7 juillet 2014

jeudi 10 juillet 2014

Sous prétexte de suivi et d’accompagnement pédagogique des élèves le ministre interdit les redoublements, impose l’inclusion scolaire et l’individualisation pédagogique.


Le ministre Hamon a présenté au CSE du 3 juillet un projet de décret définissant le suivi et l’accompagnement
éducatif des élèves qui concentre tous les principes néfastes de la loi de Refondation.

La différenciation pédagogique ...

Au nom du principe d’inclusion le ministre entend généraliser le suivi individualisé, les parcours scolaires,
des PAP, PPRE, PPS …d’« accompagnement pédagogique » pour « tous les élèves » pour transférer sur
l’enseignant, seul dans sa classe, la lourde charge de régler tous les problèmes de l’échec scolaire au
détriment des classes et des structures spécialisées au sein desquels les enseignants spécialisés, formés,
qualifiés apportent une aide précieuse aux élèves.

La mise en oeuvre de ce principe se traduit aujourd’hui par l’effondrement du nombre de départ en stage
CAPA-SH, toutes options confondues et menace la notion même de classe.
 !

...pour mieux accompagner l’austérité budgétaire

Tout cela dans une situation où à la prochaine rentrée, la mastérisation fait disparaître la formation initiale,
les dotations ne permettent même pas de faire face à la démographie et font la part belle aux nouveaux
dispositifs (REP+ ; PDMQDC … ), les RASED ne sont pas reconstitués, le manque de remplaçants est
dramatique, les postes d’assistantes sociales, d’infirmières et de médecins scolaires font défaut dans tous les
établissements, toutes les écoles.

Pour la FNEC-FP-FO, c’est ce désengagement de l’Etat pour tenir les 50 milliards d‘économies inscrits dans
le pacte de responsabilité qui nuit gravement à la réussite scolaire.

Le statut et la liberté pédagogique bafoués

Dans le même décret, le ministre renforce les cycles du socle commun des compétences contre les
programmes disciplinaires nationaux préparant ainsi avec le conseil école/collège la remise en cause des
différents corps d’enseignants et de leurs garanties statutaires.

Il interdit le redoublement, y compris à la maternelle, qui devient « une procédure exceptionnelle qui ne peut
être envisagée que pour pallier une période importante de rupture des apprentissages »
alors que tout le
monde s’accorde à dire que ces situations se traitent au cas par cas.
Au détour de l’article 51, il introduit le fait que « le conseil de classe (…) examine toutes les questions
pédagogiques intéressant (…) l’évaluation »
des élèves, dessaisissant les enseignants de leur prérogative
d’évaluation des élèves dans le cadre de la liberté pédagogique.

Ce décret, à l’image de la loi de Refondation, va aggraver considérablement les conditions de travail des
enseignants et par conséquent les conditions d’études des élèves en remettant en cause la liberté
pédagogique et l’indépendance professionnelle, constitutives du statut des enseignants.

La FNEC FP FO vote contre

Pour la FNEC FP FO, qui a voté contre ce décret,
aucun amendement ne peut effacer ces remises en cause.

Pour : CFDT ; UNSA ; FCPE

Contre : FO ; SNES-FSU ; CGT ; SUD

Abst : SNUipp-FSU

Montreuil le 7 juillet 2014

PDF - 333.8 ko
Communique_CSE_3_juillet_2014


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr