SNFOLC

Mouvement INTER 2014 : GT spécifique (SPEN) + déclaration 22-01-14.

24 janvier + 7 février 2014

samedi 25 janvier 2014, par Corinne Masino

  • - GT Mouvement spécifique national - SPEN : du 3 au 7 février 2014
    Le GT SPEN pour l’examen des candidatures CPGE Physique : reporté au mardi 11 février.
  • - Déclaration liminaire.
  • - Les résultats seront entérinés lors de la FPMN du Mouvement INTER 2014 : du 5 au 13 mars 2014

Ce calendrier est susceptible de modification.

Les collègues ayant déjà envoyé leur dossier à leur section académique SNFOLC auront communication de leur résultat par le SNFOLC national à l’issue de la tenue de la commission ayant examiné leur discipline, par téléphone, et par courrier.

Si vous souhaitez être informé, communiquez votre dossier de candidature directement au SNFOLC national. Précisez votre discipline, le mouvement : CINT, BTS, CPGE...

Mail : snfolc.national@fo-fnecfp.fr


CALENDRIER Mouvement Postes spécifiques nationaux - SPEN , au 22-01-14 + 07-02-14 :
jeudi 23 janvier GT voeux et barèmes INTER et mouvement SPECIFIQUE : DCIO - ONISEP - DRONISEP - INETOP
Lundi 3 février SECTIONS INTERNATIONALES : EPS - CPE - Chaires supérieures, Agrégés, Certifiés
Mardi 4 février CSTS : Chaires sup, Agrégés, Certifiés
Mardi 4 février MOUVEMENTS SPECIFIQUES : Chaires supérieures,Agrégés, Certifiés
Mercredi 5 février CHEFS DE TRAVAUX : Chaires supérieures, Agrégés, Certifiés
Jeudi 6 février CPGE Chaires supérieures, Agrégés, Certifiés
Vendredi 7 février CPGE Chaires supérieures, Agrégés, Certifiés
Vendredi 7 février CAPN INTER et SPECIFIQUE : DCIO, ONISEP, DRONISEP
mardi 11 février CPGE Chaires supérieures, Agrégés, Certifiés : Sciences Physiques

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Déclaration du SNFOLC aux Groupes de Travail des Mouvements Spécifiques 2014 - 3 au 7 février 2014

Ces groupes de travail d’affectation sur les postes spécifiques nationaux vont se dérouler dans un contexte marqué par le recul du ministre de l’Education nationale qui, malgré sa tentative de mettre fin aux décrets de 50 dès la rentrée 2014, n’a pu le faire ; d’autre part, par une rentrée qui se prépare sous le signe de nouvelles dégradations ce qui suscite la colère des personnels.

En effet, alors que le ministre entendait remettre en cause la rémunération des enseignants de Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), ceux-ci se sont mobilisés au mois de décembre dernier dans un mouvement de grève historique et reconduit. Le ministre a été contraint de reculer, en annonçant le 12 décembre l’abandon de ses projets affectant directement les professeurs de classes préparatoires. Force ouvrière a soutenu cette mobilisation, estimant que le mode de calcul des obligations de service des professeurs de CPGE obéit à des raisons précises, liées à la charge de travail et à l’investissement nécessaires pour dispenser aux étudiants une formation de haut niveau. Toute remise en cause de leurs rémunérations est inacceptable.

En cela, les propos tenus par le ministre, le 22 janvier dernier, affirmant « sa volonté d’avancer sur les différences de salaires entre les professeurs de CPGE et l’opacité du système » sont inacceptables. Après avoir essayé d’opposer professeurs de ZEP et professeurs de CPGE, voilà qu’il faudrait que ces derniers s’opposent entre eux. FO restera vigilant contre toute nouvelle attaque des rémunérations des enseignants.

De même, FO s’oppose clairement aux projets de mise en place d’un « statut spécifique » pour les professeurs de CPGE. D’une part, cela laisserait entendre que le problème serait le statut des professeurs, et non les contre-réformes successives et les suppressions de postes. D’autre part, un tel statut « spécifique », dans un contexte où le ministère projette d’aligner les classes préparatoires sur les filières universitaires dites d’excellence, risque fort de déboucher sur un rapprochement du statut des professeurs de CPGE sur celui des enseignants de l’université, annualisés et soumis à de multiples tâches (administratives, d’orientation ou d’appui à l’insertion professionnelle). Notons que la fin de la gratuité pour les élèves de CPGE, sous prétexte d’équité, va bien dans le sens du transfert.

La défense des CPGE implique également la défense des postes et filières existants en lycée. En cela, FO condamne la fermeture annoncée d’une classe d’hypokhâgne au lycée Dumont d’Urville de Toulon, au profit d’une nouvelle classe en partenariat avec l’université de Toulon, et soutient la mobilisation des enseignants (grève) et des élèves qui les ont rejoints, pour son maintien.

Comme nous l’avons souligné, le ministre a également été contraint de reculer sur sa volonté d’abroger les décrets statutaires de 1950 dès la rentrée 2014. Mais cela ne répond pas encore aux exigences des personnels qui, depuis novembre, à travers plusieurs centaines de prises de position dans les établissements du secondaire, demandent le retrait des projets du ministre et donc le maintien des décrets de 1950. C’est ce mandat que Force ouvrière n’a eu de cesse de défendre lors des groupes de travail ministériels qui ont vu le jour en octobre 2013, et que le ministre entend rouvrir prochainement comme il l’a annoncé le 22 janvier. Force ouvrière rappelle qu’elle n’acceptera aucune remise en cause des obligations règlementaires de service allant dans le sens d’un alourdissement de la charge de travail, d’une diminution de leurs rémunérations avec la suppression des décharges statutaires prévue par les projets du ministre.

Enfin la confédération Force ouvrière a annoncé, le 29 janvier dernier, s’adresser à l’ensemble des organisations syndicales pour faire du 18 mars, une journée de grève interprofessionnelle. Force ouvrière entend affirmer son attachement au financement de la sécurité sociale par le biais de cotisations sociales, qui font partie du salaire différé des salariés, et demande l’abandon du projet visant à supprimer les cotisations patronales à la branche famille de la sécurité sociale. Force ouvrière continue également à revendiquer l’augmentation des salaires et, pour la Fonction publique, du point d’indice gelé depuis juillet 2010.

Pour conclure, nous souhaiterions attirer votre attention quant aux difficultés rencontrées par les candidats aux mouvements spécifiques nationaux :

  • - Des collègues ont été rangés dans une catégorie autre, ils ont peut-être effectué ce choix par défaut
  • - Des lettres de motivations ont été tronquées, voire n’ont pas pu être mises en ligne suite à des difficultés. Nous demandons aux Inspecteurs Généraux d’accepter que des pièces puissent être fournies au format « papier »

Enfin, FO remercie les personnels du ministère pour leur disponibilité et la rapidité de la transmission des projets d’affectation.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
DOSSIER SNFOLC :
<art1043>


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr