SNFOLC

COP : la résistance au transfert. SNFOLC, le 13 février 2013

13 février 2013

mercredi 13 février 2013


Montreuil, le 13 février 2013

Où en sommes-nous ? Les revendications de l’intersyndicale (FO, CGT, SUD) contre le transfert des CIO aux régions et le transfert déguisé des personnels aux régions sont toujours d’actualité.

Rien n’est réglé ! Le dernier projet de l’acte III de la décentralisation prévoit dans son chapitre 2, section 3 : « une partie du service public de l’orientation scolaire et professionnelle est décentralisée aux régions. L’Etat définit ainsi au niveau national la politique d’orientation et la région en assure la mise en œuvre hors des établissements scolaires, dans le cadre des CIO. Les CIO seront transférés aux régions pour devenir des services non personnalisés des régions. »
Le projet de loi Peillon, en retirant l’article 24 concernant le transfert des CIO, ne règle rien.
Le projet de loi Peillon calé dans l’acte III confirme donc ainsi que les CIO, ses personnels passeraient à tout autre chose.

■ Les COP, les DCIO, les personnels administratifs manifestent clairement leur opposition à ces projets.
A Bordeaux, réunis en AG, le 22 janvier, les COP, s’adressent au ministre Peillon : « COP et DCIO des Pyrénées atlantiques, réunis avec nos organisations syndicales FO et SNES exigeons l’abandon de ce projet de loi qui prévoit :

Le transfert de la compétence orientation aux Régions

Le transfert des CIO aux régions

La nomination éventuelle des COP en établissement scolaire

La remise en cause du statut national (décret 91 modifié) et des conditions d’exercice des COP et DCIO qui en découlent

Nous refusons cet acharnement qui vous fait porter, M. le Ministre la responsabilité d’un conflit.

Les COP, DCIO et les personnels administratifs doivent rester nommés en CIO.

Les CIO doivent rester des services du ministère de l’éducation nationale. »

■ Ils ont raison :

Bordeaux : le 12 février, répondant à l’appel des fédérations syndicales FO, CGT, SUD, FAEN, ils disent par la grève (CIO Orthez fermé, 100% de grévistes, CIO d’Oloron fermé, 100% de grévistes, CIO de Pau 60% de grévistes, CIO de Bayonne 60% de grévistes soit sur un département 70% de grévistes tous personnels confondus) que le ministre doit répondre à leurs revendications.

Nancy-Metz : au CIO de Metz I, les personnels « avec les sections syndicales SNFOLC, SNES-FSU, ce 12 février, ayant pris connaissance de l’appel intersyndical national FO – CGT –SUD – CNT –FAEN du 28 janvier, font leur sa plate-forme de revendications exigeant l’abandon du projet de réforme Peillon, du transfert des CIO et de leurs personnels aux régions et l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires et appellent à la grève dans l’unité le 12 février prochain et à la manifestation ce jour-là. »

Nord : La même exigence de retrait du projet : « Les personnels COP, DCIO et administratifs du CIO d’Armentières réunis le mardi 5 février 2013 avec leurs organisations syndicales SNES, Sud et SNFOLC demandent l’abandon du projet de loi qui prévoit le transfert de la compétence orientation et des CIO aux Régions, la nomination éventuelle des COP en établissement scolaire, la remise en cause du statut national et des conditions d’exercice qui en découlent. Les personnels des CIO seuls ne pourront s’en sortir. C’est pourquoi ils insistent sur la nécessité d’un appel intersyndical franc sur la base des revendications exposées ci - dessus. A ce titre, la journée du 12 février pourrait être le point de départ d’un véritable rapport de force pour exiger l’abandon de la loi Peillon. »

Le SNFOLC appelle les personnels à poursuivre les réunions dans les CIO pour confirmer les revendications.

« Dès aujourd’hui, la FNECFP-FO appelle ses syndicats à prendre l’initiative de réunions intersyndicales à tous les niveaux. Dès aujourd’hui, la FNECFP-FO propose à toutes les fédérations syndicales de se réunir lundi à 17H30 au siège de la FNECFP-FO. Elle proposera de demander une audience urgente au ministre de l’Éducation nationale afin qu’il réponde aux revendications, à commencer par l’exigence d’abrogation du décret. »

PDF - 42 ko
cop_SNFOLC_13-02-2013

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr