COP : Les commissaires paritaires FO de l’académie de Bordeaux réaffirment leurs revendications

samedi 7 juillet 2012


1- DECENTRALISATION ET SPO : aucune inquiétude n’est levée par le rectorat :

« M. le Recteur a rappelé ce matin lors de l’ouverture des FPMA (formations paritaires mixtes académiques) que le mouvement se faisait au mieux dans le cadre des moyens alloués à l’académie par le ministère. Par ailleurs, sur l’avenir des services, je lis la presse, comme vous je suppose et la 3e phase de la décentralisation semble être à l’ordre du jour. »

Le CSAIO, complétera :

« Pour l’instant il y a la loi que seule une autre loi peut défaire… Et le paradoxe, c’est que le SPO, lui c’est sous la responsabilité de l’Etat, et vous n’êtes pas d’accord avec…  »

Ces deux réflexions méritent l’attention de tous les collègues : La décentralisation est à l’ordre du jour. Ce que nous avons combattu en 2003 avec succès revient au devant de la scène aujourd’hui.

Au regard de la situation des services, si certains étaient tentés par l’expérience de passer aux Régions…l’illusion serait de courte durée pour deux raisons : Les régions ne dégageront pas plus de moyens mais regrouperont les services car elles seront soumises comme l’Etat aux plans de rigueur imposés par les directives de l’Union européenne, elles-mêmes accentuées par la mise en place du nouveau traité européen qui doit être ratifié dans chaque pays.
Le passage aux régions c’est l’antichambre de la privatisation des services.
Le SPO et la labellisation apportent-ils des garanties quant à la prise en charge par l’Etat des missions et services ? Seraient-ils le rempart, la ceinture de protection contre la régionalisation des services ?

Certains peuvent le penser, c’est leur droit.

Pour FO, on est en droit de se poser la question : n’est-ce pas plutôt le regroupement des services pour que le SPO devienne régional ?

La rhétorique de l’administration :

« nous avons obtenu dans l’appellation, le service public d’orientation en région et non le service public d’orientation régionalisé »

, constitue t’elle une garantie pour l’avenir des services ?

Cette rhétorique ressemble plus à une illusion d’optique qu’à la réalité.
D’ailleurs plus d’une centaine de collègues de l’académie, signataires de l’appel des personnels de CIO du 64 avec leurs organisations syndicales ne s’y trompent pas,
quand ils expliquent : « Considérer que le « SPO en Région » apporte du mieux pour les usagers est un leurre, car il répond à un cahier des charges fixé régionalement dans le cadre d’une « gouvernance régionale » pour répondre à des priorités demandées par les entreprises locales ».

Tout converge vers une nouvelle décentralisation des services. Et ce n’est pas un hasard si le gouvernement qui vient d’être formé nomme un ministre délégué à la décentralisation.
Ce que nous avons combattu en 2003 avec succès, avec FO nous le combattrons en 2012.
-* - Maintien des CIO dans le cadre du ministère de l’Education nationale,

  • - Maintien des statuts des COP, DCIO et personnels administratifs comme statuts nationaux du ministère de l’Education nationale,
  • - Recrutement des titulaires nécessaires COP, DCIO, personnels administratifs.

2- PRECARISATION DE LA PROFESSION

La situation des CIO de l’académie est alarmante, après mouvement, 11 postes de terrain sont vacants en Gironde, 5,5 dans les Landes, 3 dans le Lot et Garonne, 5 dans les Pyrénées atlantiques et 7 en Dordogne.

12 CIO ou antennes de l’académie se retrouvent avec au moins deux postes vacants.

L’application de la RGPP a fait des dégâts et la politique de non remplacement d’un fonctionnaire sur 2 qui se traduit dans notre profession par le non remplacement de 5 titulaires sur 6, engendre le désarroi des collègues confrontés à cette politique.
Il est plus que nécessaire d’ouvrir les postes au concours et de prendre des mesures d’urgence pour un plan de titularisation des contractuels.

Des mesures urgentes s’imposent dans cette situation pour que nos CIO puissent fonctionner.

  • - tous les postes vacants doivent être pourvus à la rentrée 2012 : il y a des solutions : ouverture des listes complémentaires, réemploi de tous les contractuels, embauche si nécessaire.
  • - FO demande au recteur des garanties : les 31, 5 postes de terrain aujourd’hui vacants doivent être pourvus en septembre 2012.

Contactez FO !

<art38>
<art50>


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr