FGF-FO

CONFÉRENCE ENVIRONNEMENTALE : UN RENDEZ-VOUS POUR RIEN ? Communiqué CGT-FO du 25-09-2013

25 septembre 2013

jeudi 26 septembre 2013

Les 20 et 21 septembre, le gouvernement a organisé la seconde conférence environnementale, censée lancer les grands chantiers écologiques à venir.


On ne change pas un modèle, même lorsqu’il ne fait pas ses preuves. Comme l’an dernier, la conférence environnementale s’est déroulée sur deux jours, les 20 et 21 septembre, au Conseil économique, social et environnemental, à Paris (CESE). Entre le discours d’ouverture du président de la République et celui de clôture du Premier ministre, cinq tables rondes ont réuni près de cinq cents personnes : des syndicats, des employeurs, des ONG environnementales, des associations, des collectivités locales et des parlementaires. La délégation FO comptait une dizaine de personnes.

Les thèmes ouverts à la discussion portaient sur l’économie circulaire (comme produire en économisant davantage les ressources), les emplois et la transition écologique (anticiper les besoins de formation, accompagner les reconversions), la politique de l’eau, la protection de la biodiversité marine et l’éducation à l’environnement et au développement durable. Ces travaux, zappés par les médias, devaient aiguiller les arbitrages du gouvernement et les annonces du Premier ministre.

Pas d’objectifs précis

« Conformément à ce que nous pensions, les annonces de François Hollande, sur l’énergie et la fiscalité, n’ont rien à voir avec les thèmes discutés en tables rondes, dénonce Pascal Pavageau, Secrétaire confédéral FO chargé du secteur économique. Et Jean-Marc Ayrault a à peine précisé ces annonces. On se demande ce qu’on va faire à cette conférence, qui sert juste à faire croire à un dialogue avec les associations. »

Avec une cinquantaine d’intervenants à chaque table ronde, la prise de parole était limitée à quelques minutes pour les partenaires sociaux, un peu plus pour les associations. « Et les facilitateurs ne reprennent que ce qu’ils veulent, tout est basé sur le consensus, on ne s’y retrouve pas », ajoute Jean Hédou, Secrétaire général de la Fédération des Transports, la FEETS FO.

Force Ouvrière a rappelé ses revendications sur la défense de l’État et des établissements publics, ainsi que l’ingénierie publique, l’opposition à la Modernisation de l’action publique (MAP) et à l’Agence de la biodiversité, et a dénoncé la réduction des moyens.

Deux jours après la conférence, le gouvernement n’avait toujours pas établi de feuille de route. Et « elle sera de sa seule responsabilité », avait rappelé Jean-Claude Mailly lors du CCN de FO le 19 septembre.

« On nous parle de transition, mais on ne sait pas vers quoi, il n’y a pas d’objectifs précis, par exemple sur le développement de transports alternatifs, poursuit Pascal Pavageau. Les annonces de François Hollande portent sur des notions et des calendriers différents, c’est très compliqué. Et il ne parle que d’environnement, les piliers du développement durable que sont l’économie et le social sont laissés de côté. »


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr