FNEC -FP-FO

CONCERTATION SUR LA REFONDATION DE L’ÉCOLE : il ne peut y avoir de consensus sur la destruction des droits et l’acceptation des contre-réformes

25 septembre 2012

samedi 29 septembre 2012


Cette semaine s’achève la concertation mise en place le 5 juillet 2012 par le Premier ministre et le
ministre de l’Education nationale.

FO a participé aux groupes de travail à tous les niveaux.

FO est intervenue sur ses mandats d’organisation syndicale indépendante.

Agrands renforts d’arguments, les premières conclusions annoncées se voudraient consensuelles, les
différences entre les organisations syndicales effacées, les divergences avec les multiples
représentants de la « société civile » balayées, et tout cela au nom d’une école refondée par tous,
dans une « vision commune » de l’école et de la République.

Pour FO, il n’est pas question d’abandonner les revendications sur le pupitre de la refondation. Nous
l’avons dit à de nombreuses reprises, le rôle de notre organisation syndicale n’est pas de colégiférer.

FO ne saurait être engagée dans une logique de consensus, et donc par les conclusions ou synthèses
des divers groupes de travail, quelle qu’en soit la forme.

Pour FO, il n’est pas question de renoncer au nom d’un supposé « intérêt commun » au statut de
fonctionnaire d’État des personnels, à la liberté pédagogique qui en découle, aux obligations de
service, aux missions statutaires ; il n’est pas question d’accepter l’école du socle, les compétences
en lieu et place des disciplines, et un statut à géométrie variable par « territoire ».

FO n’acceptera pas la territorialisation de l’école publique et le transfert des responsabilités de l’Etat
aux régions et départements. FO n’acceptera pas que, sous couvert d’autonomie des établissements,
toutes les règles statutaires soient remises en cause. FO n’accepte pas la création des emplois
d’avenir professeur, contrats de droit privé en lieu et place des postes statutaires.

« Avant la France, les responsables de l’éducation écossais ont organisé un grand débat sur l’avenir
de l’école et ils ont progressivement mis en place un socle de connaissances et de compétences
à acquérir par les élèves. Une obligation de résultats s’est imposée au système éducatif qui vise
l’amélioration de l’efficacité. (…) Un accord a été obtenu entre le gouvernement et les
organisations syndicales pour transformer le statut des enseignants. Ces derniers doivent 35 heures
de service dans l’établissement moyennant un maximum de 22,5 heures dans la classe »1 .

S’il devait s’agir d’un modèle pour l’issue du grand débat sur l’école, FO s’y opposerait.

Pour la FNEC FP FO, la rentrée 2012 n’est pas achevée. Monsieur le Ministre a bien souligné que
« l’école et le savoir ont été malmenés, maltraités ». Il faut agir : il est encore temps de donner un
signe positif aux personnels en retirant la circulaire de rentrée Chatel, les contre-réformes contre
lesquelles les personnels se sont mobilisés : STI, rythmes scolaires, stagiaires, ECLAIR, Livret
Personnel de Compétences….et de geler les suppressions de postes……

FO invite ses sections à multiplier les initiatives : les premiers postes de professeurs des écoles
redonnés résultent de la mobilisation des personnels avec leurs organisations syndicales, ils sont un
encouragement à poursuivre nos demandes à tous les niveaux.

Montreuil, le 25 septembre 2012.

1 Revue du ministère de l’Education nationale, Education-Formations, portant sur « expérimentations : innovation,
méthodologie, évaluation, mars 2012 ».

PDF - 114.4 ko
Communique_refondation 25-09

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr