SNFOLC

Baccalauréat : le SNFOLC écrit au Ministre, le 5 juin 2013

5 juin

vendredi 7 juin 2013


Monsieur Vincent Peillon
Ministre de l’éducation nationale
110 rue de Grenelle
75357 Paris SP 07

Monsieur le Ministre,

A quelques jours des premières épreuves du baccalauréat, le SNFOLC se tourne vers vous pour vous demander toutes les garanties que le baccalauréat demeure le premier grade universitaire, passé en épreuves ponctuelles et anonymes.

En effet, force est de constater que fleurissent dans les media des attaques fortes contre le baccalauréat : « le bac mis en examen « (enquête IPSOS pour la MAIF, le Monde et RTL), par exemple.
Les professeurs attendent que vous démentiez toutes les rumeurs sur la remise en cause du baccalauréat, comme examen ponctuel et anonyme, que vous les rassuriez. Par exemple une première mesure immédiate pourrait être prise en ce qui concerne les langues vivantes.

Les réponses jusqu’ici apportées par voie de presse ne sont pas de nature à rassurer les professeurs. Les annonces qui ont été faites concernant l’ouverture d’un chantier sur le lycée, ses disciplines, ses enseignements, aggravent encore leurs inquiétudes. D’autant que l’article 37 du projet de loi modifie le code de l’Education (art L333-4) et pourrait laisser penser que le baccalauréat n’est plus qu’une suite de compétences validées en contrôle continu ou en cours d’année.

Dans le même temps le projet de loi sur l’enseignement supérieur introduit le continuum bac-3 - bac +3 qui ne fait plus du bac le premier grade universitaire et permet au nom du rapprochement lycée-université des échanges de services entre des enseignants de statuts différents, affectés à l’université et ceux affectés au lycée : par exemple, le projet de l’université Jean Monet de St Etienne « expérimenter des échanges de service lycée-UJM pour mieux préparer les élèves à être étudiants au sein d’une communauté enseignante -3/+3 », sous l’égide du DASEN.

Monsieur le Ministre, nous vous demandons de rassurer les personnels en apportant toutes les garanties d’une part sur le maintien du baccalauréat comme examen terminal, ponctuel, anonyme et comme premier grade universitaire et d’autre part sur le respect des spécificités propres à chaque statut des personnels enseignants, lié, pour ce qui concerne le lycée, à l’enseignement disciplinaire. A cette occasion, nous vous rappelons notre attachement aux décrets de 1950.

Immédiatement, une première mesure serait de nature à satisfaire les personnels en supprimant les épreuves orales de langues vivantes sous la forme qu’elles ont prises pour la session 2013 et de répondre à la revendication des professeurs de mettre en place un oral ponctuel, terminal et anonyme.

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Jacques Paris.
Secrétaire Général.

PDF - 92.4 ko

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr