Après le 31 mars : la grève interprofessionnelle reste à l’ordre du jour

vendredi 8 avril 2016

La FNECFP-FO appelle les personnels de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la culture à participer massivement aux manifestations du 9 avril.

Pour la FNECFP‐FO, le refus du gouvernement de répondre à la revendication met à l’ordre du jour la grève jusqu’au retrait du projet de loi.


Le 31 mars, 1,2 millions salariés et jeunes, dans plus de 242 villes, dans le cadre de la grève interprofessionnelle à l’appel de FO, CGT, FSU et Solidaires avec l’UNEF, la FIDL et l’UNL, ont démontré leur détermination à faire retirer le projet de loi Travail.
Après les 9, 17 et 24 mars, tout le monde a pu constater la montée en puissance d’une action résolue, capable d’entraîner un véritable mouvement de fond pour faire reculer le gouvernement.
La revendication est claire : « Ni amendable, ni négociable : retrait du projet de loi ! »
Au soir du 31, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL ont adopté un communiqué qui se termine ainsi :

« Si le gouvernement ne répond pas, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL resteront déterminées à poursuivre et amplifier la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi travail et à conquérir de nouveaux droits sociaux y compris par les manifestations et la grève interprofessionnelle. »

Elles appellent à soutenir la mobilisation à l’initiative des organisations de jeunesse le 5 avril, et à manifester le 9 avril.

La FNECFP‐FO sera aux côtés des étudiants et des lycéens le 5 avril, et appelle les personnels de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la culture à participer massivement aux manifestations du 9 avril.
Ce 9 avril s’inscrit dans la préparation de la grève interprofessionnelle, il faut maintenir la pression.

Les salariés s’interrogent sur l’expérience de 2010 où ils avaient été appelés à une journée de grève par semaine, ce qui n’avait pas permis d’obtenir satisfaction, ils veulent s’appuyer sur l’unité des confédérations, sans la CFDT et l’UNSA, pour gagner sur le retrait.

Pour la FNECFP‐FO, le refus du gouvernement de répondre à la revendication met à l’ordre du jour la grève jusqu’au retrait du projet de loi.

La FNECFP‐FO invite les personnels à se réunir en assemblées générales, à maintenir la pression pour le retrait du projet de loi. Pour tous, la question de la grève jusqu’au retrait est posée, la FNECFP‐FO propose d’en discuter.


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr