Communiqué Fnec-fp-fo

Annulation des 16 000 suppressions de postes. Abandon de toutes les contre-réformes

6 mai 2011

samedi 7 mai 2011


Toutes les contre-réformes s’attaquent aux postes et aux statuts :

Réforme des STI  : 74 000 professeurs obligés de
se reconvertir ; des disciplines entières disparaissent,
les professeurs perdent leur poste.

Réforme des Lycées : des horaires disciplinaires
encore réduits, des dédoublement supprimés, des
milliers d’enseignants victimes de carte scolaire ou
contraints aux compléments de service, mise en
oeuvre d’une gestion par établissement.

Mastérisation
 : 18 202 postes supprimés, les
nouveaux enseignants envoyés à temps plein dans les
classes sans formation ; des postes bloqués au
mouvement, des centaines de postes supprimés aux
concours.

Collèges  : le socle commun, le livret de
compétences, l’histoire des arts, c’est la dénaturation
des enseignements disciplinaires et la dégradation
des conditions de travail de tous les personnels.

CLAIR-ECLAIR : c’est le recrutement sur profil, sur
CV, c’est la mise en oeuvre du « contrat » par
établissement en lieu et place du statut national.

RASED : plus de 3000 postes supprimés par la mise
en oeuvre des décrets Darcos, aggravation des
obligations de service des enseignants du primaire.

EPEP : le projet de regroupement et mutualisation
des écoles vise à réduire le nombre de postes
d’instituteurs, de directeurs et d’adjoints.

Rythmes scolaires : l’organisation de la journée,
de la semaine et de l’année scolaire selon « le
territoire » prépare la dislocation du caractère
national de l’école et du statut des enseignants ; c’est
à terme la réduction des congés scolaires des
enseignants.

16 000 postes supprimés au budget
2011 dont :

8 967 dans le premier degré (1500
classes fermées)
4800 dans le second degré
600 administratifs

80 000 postes supprimés depuis 2003 Et le gouvernement bloque les salaires !

Ce n’est plus possible.
On ne peut plus travailler.
Le ministère est responsable.

Voilà les conséquences de toutes les contreréformes
gouvernementales dictées par
l’Union Européenne au nom de la « réduction
des déficits publics » appelée RGPP en
France.

Force Ouvrière ne marche pas dans les
« diagnostics partagés », points de départ
systématiques de la remise en cause des
droits et des statuts et des suppressions de
postes.

La Confédération FO demande l’arrêt de la
RGPP.

Force Ouvrière, organisation indépendante,
défend les revendications des personnels.

La défense des postes, des droits et
garanties statutaires, c’est la défense de
l’école de la République !

Aucune suppression de poste, de classe, de section n’est justifiée Toutes doivent être annulées. Toues les conte réformes doivent être abandonnées.

tract postes reforme

P.-S.

Titulaires : le statut de fonctionnaire d’Etat à défendre
Non titulaires : le statut de fonctionnaire d’Etat à gagner

Force Ouvrière l’indépendance pour défendre les revendications :
portez-vous candidat sur les listes FO !


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr