SNFOLC

AED : Surveillant précaire et… enseignant remplaçant au gré des besoins. 18 septembre 2014

18 septembre 2014

jeudi 18 septembre 2014

En marge du décret n° 2014-724 du 27 juin dernier, par l’article 7 bis, le ministre déréglemente
un peu plus les missions des assistants d’éducation. Il rend possible leur recrutement, dans le
cadre calendaire de leur contrat, en tant que … professeurs contractuels !


« Art. 7 bis.- Le
contrat de l’assistant
d’éducation peut être
suspendu avec son
accord pour lui permettre
d’être recruté
temporairement en
qualité de professeur
ou de personnel
d’éducation contractuel
selon les modalités
fixées par le
décret n° 81-535 du
12 mai 1981 modifié
relatif au recrutement
de professeurs
contractuels pour assurer le remplacement d’un fonctionnaire
ou pour faire face à une vacance temporaire d’emploi conformément
aux dispositions de l’article 6 quater ou de l’article
6 quinquies de la loi du 11 janvier 1984 susvisée ».

Difficile de refuser pour l’AED de devenir professeur le
temps d’un remplacement quand son emploi est remis en jeu
à chaque fin d’année. Les pressions ne manqueront pas. Cela
revient à transformer le bureau de la vie scolaire en bureau
interne du remplacement.

Véritable provocation pour les AED qui sont exclus de l’accès
au CDI à la fin de leurs six années de contrat et auxquels
l’accès aux concours réservé d’enseignant est refusé.
A un moment où la pénurie d’enseignants laisse présager un
avenir de plus en plus difficile et étriqué pour l’instruction
publique, le recours à un expédient aussi fâcheux relève précisément
d’une logique que le SNFOLC combat résolument
car :

- ce dispositif ne vise là encore qu’à une réduction des coûts
pour l’employeur, qui confirme son goût prononcé pour l’emploi
contractuel au détriment du recrutement titulaire ;

- il laisse clairement entendre que le ministre ne cherche nullement
à trouver des
solutions face aux résultats
catastrophiques
du
recrutement aux
concours. Leurs
causes – toutes issues
de la politique d’austérité
menée dans
l’Education nationale–
sont pourtant
clairement identifiables
 : le parcours
d’obstacles de la
masterisation puis de
la formation initiale
réduite à des bricolages académiques ; des salaires en régression,
sans commune mesure avec les tâches éprouvantes exigées
des jeunes enseignants après 5 années d’études et des
conditions d’exercice qui conduisent ceux qui y travaillent à
rechercher d’autres pistes…

Pour sortir ces collègues de la précarité, il faut d’urgence
satisfaire quatre revendications portées par FO :

*un plan véritable plan de titularisation des contractuels ;

* le rétablissement d’une véritable formation initiale répondant
à des règles nationales ;

* l’abrogation de la masterisation et le rétablissement du
recrutement à Bac plus 3 ;

* l’augmentation immédiate des salaires : rattrapage des
8 % perdus depuis 2010 et 50 points d’indice supplémentaires
pour tous les corps.

AED sept 14

<art38>


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr