FNEC-FP-FO

Retrait du projet Peillon : La manifestation intersyndicale du 5 décembre, 1er et 2ème degré Région Parisienne en images - Communiqué FNEC du 6 décembre.

6 décembre 2013

vendredi 6 décembre 2013








 Communiqué FNEC du 6 décembre.

La grève et les manifestations du 5 décembre pour la suspension
de la réforme des rythmes scolaires, pour le retrait du décret
Peillon la mettant en place, confirment et prolongent l’immense
mobilisation du 14 novembre dernier faisant suite à des mois de
mobilisation des personnels enseignants et territoriaux des écoles
contre la territorialisation de l’école mise en place par le ministre
dans le cadre de sa loi de refondation.

Le ministre de l’Education nationale nous a fait savoir qu’une
délégation serait reçue en début de semaine prochaine sur les
rythmes scolaires (FO enseignants et territoriaux, CGT enseignants
et territoriaux, SUD enseignants et territoriaux, FAEN).
Une réunion intersyndicale des fédérations, enseignants et
territoriaux, à l’initiative de la CGT, aura lieu le mardi 10
décembre à 17h 30 au siège de la CGT.

Une autre réunion intersyndicale aura lieu le mardi 17 décembre
à 18 heures à l’initiative du SNUipp-FSU au siège de cette
organisation.

Dans tous les départements, des réunions dans les écoles et
circonscriptions, des réunions intersyndicales sont programmées
pour apprécier les réponses du ministre.

Dans la manifestation parisienne du 5 décembre, comme dans un
certain nombre de départements, des délégations d’enseignants
du second degré, souvent intersyndicales, étaient présentes et ont
exprimé le refus des projets du ministre modifiant les statuts des
personnels du second degré, modifiant leurs obligations de
service et remettant en cause notamment les décrets de 1950.

Les 2 et 4 décembre derniers, les professeurs de classes préparatoires
ont manifesté en masse, ont fait grève, pour rejeter la remise en
cause de leurs garanties statutaires et de leur traitement annoncés
par le projet Peillon sur le statut des professeurs.

Le 9 décembre, ils seront en grève avec leurs organisations
syndicales, SNES, SN-FO-LC, SNALC, avec leurs associations,
pour exiger le retrait total du projet de décret Peillon.
Ils discutent dans leurs assemblées générales de la poursuite de
leur grève au-delà du 9 si le ministre ne recule pas.

Ils rejettent les propos provocateurs du ministre opposant les
catégories les unes aux autres, opposant les professeurs les uns
aux autres.

Le 12 décembre prochain, à l’appel de leurs syndicats nationaux
(FO, CGT, FSU, UNSA, Solidaires), les personnels de
l’Enseignement supérieur seront en grève contre l’austérité
appliquée à l’Université par la loi Fioraso et les décisions des
présidents d’universités la mettant en oeuvre.

Le Ministre en ne répondant pas aux revendications, sur les
rythmes scolaires, sur les statuts, prend seul la responsabilité d’un
conflit d’ensemble l’opposant à toutes les catégories de personnels
du ministère de l’éducation nationale qui refusent sa loi de
refondation territorialisant l’école, et ses conséquences sur les
statuts, les conditions de travail et les salaires.

A ne pas répondre il prend la responsabilité d’un conflit qui mûrit
dans l’Education nationale et dans toute la fonction publique.
Les personnels veulent être entendus. Ils défendent leurs statuts,
ils défendent le service public républicain, ils défendent leurs
salaires. Ils n’acceptent plus les fins de non-recevoir, ils n’acceptent
plus le refus de négocier qui leur est opposé par le ministre.

En réalité, Monsieur Peillon applique une politique liée aux
mesures d’austérité décidées par le gouvernement ; il s’agit pour
lui de territorialiser l’Ecole, de la régionaliser, de transférer aux
collectivités territoriales, communes et régions, une partie de la
responsabilité de l’Etat en matière d’éducation nationale au
mépris des garanties statutaires des personnels , au mépris de leurs
conditions de travail, au mépris de l’égalité du droit à l’instruction
pour tous les élèves du pays quelle que soit la commune ou la
région dans laquelle leurs parents vivent.

Au ministre de l’Education nationale, lors de l’audience annoncée,
ce sont ces propos et cette appréciation que la FNEC FP-FO
exprimera.

Dans les réunions interfédérales et intersyndicale annoncées, au
niveau national et à tous les niveaux, ce sont ces propos et cette
appréciation que FO exprimera.

La FNEC FP-FO demande à tous ses syndicats, à toutes ses
instances de faire remonter toutes les informations et les réactions
des personnels dans les réunions d’information et dans les
assemblées générales qui se tiennent.

En tout état de cause, la seule issue au conflit qui se poursuit et
s’étend, c’est l’ouverture immédiate de négociations pour
répondre à la demande des personnels que soient suspendus tous
les aspects de la politique du Ministre qui met l’école et ses
personnels à tous les niveaux dans une tension permanente et dans
l’incapacité de répondre aux missions qui sont les leurs.

Montreuil, le 6 décembre 2013


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr